La reconversion professionnelle
à 40 ans

A l’approche de la quarantaine, l’idée d’une reconversion professionnelle peut faire peur. C’est pourtant un âge clé. Ne parle-t-on pas de crise de la quarantaine. A la maison, vous avez peut-être des grands enfants qui deviennent plus autonomes. Ils vont faire des études ? Vous voulez gagner mieux votre vie. Au contraire, vous avez décidé d’accorder davantage de temps à votre vie personnelle.

Une reconversion professionnelle à 40 ans est une décision que l’on peut prendre tout en limitant les risques pour un meilleur avenir. C’est aussi un argument qui fait mouche lors d’un entretien. Alors pourquoi s’en priver ?

Pourquoi vouloir se reconvertir à 40 ans

A 40 ans, vous êtes quasiment à la moitié de votre vie professionnelle, peut-être au tiers pour ceux qui ont fait des études. Quoi qu’il en soit, vous avez acquis maturité et expérience. Vous êtes dans la force de l’âge. Une reconversion est tout à fait envisageable.

Pourquoi se reconvertir ? Pour trouver du sens, plus de temps pour sa vie personnelle, plus de liberté ou gagner mieux sa vie.

On peut souhaiter une reconversion professionnelle également pour fuir une vie qui n’est pas satisfaisante : des horaires difficiles, un patron tyrannique du harcèlement peut-être ou un burn-out.

Un bilan de compétences avec un coach vous permettra de savoir exactement où vous en êtes et de quoi vous avez envie. Effectué en ligne, il vous permettra de cumuler votre vie professionnelle, votre vie personnelle, le club de sport et la mise en place de votre projet.
N’hésitez pas à regarder toutes les offres de formations qui pourraient vous intéresser ou même créer votre propre entreprise. Là aussi des aides sont possibles et limitent les risques. Il faut battre le fer temps qu’il est encore chaud ! Ne vous posez pas trop de questions au risque de ne rien tenter.

C’est le premier pas le plus important.

Comment réussir sa reconversion à 40 ans

La reconversion professionnelle à 40 ans ne s’improvise pas. Soyez méthodique, écrivez vos attentes et vos compétences et évaluez-les.

Vous devez être sûr de ce que vous voulez faire ensuite : suivre une formation ? Créer votre propre emploi ? Trouver une place de manager ? Travaillez dans un autre secteur ou domaine ? Pour cela, réalisez un bilan de compétences. Il vous aidera à vous poser les bonnes questions. Plus vous apportez des précisions à votre bilan de compétences, plus il vous évitera les erreurs.

Ensuite, évaluez le marché. Y a-t-il une clientèle ? Des besoins à combler ? Au besoin, des centres spécialisés vous indiqueront l’état du marché du travail dans les domaines qui vous intéressent.

N’oubliez pas de calculez ce qu’il vous en coûtera. C’est une étape cruciale. Prenez en compte les coûts d’une éventuelle formation ; ceux d’un déménagement ; ainsi que ce qu’il faut pour vivre en attendant de trouver un emploi. Votre coach vous aidera aussi à évaluer les coûts affectifs et psychologiques de ces changements sur votre famille. Ils font partis du package !

Enfin, faites en sorte de partir en bons termes avec l’ancien employeur. On ne sait jamais, si vous décidez de rester dans le même secteur professionnel, il pourra devenir un partenaire ou un client et ce serait dommage qu’il vous mette des bâtons dans les roues.

Même Pas Cap! un programme pour se faire accompagner

Vous souhaitez changer de poste, évoluer vers de nouvelles responsabilités, viser un nouveau secteur ou changer de région ? Un consultant Même Pas Cap! analyse les tendances de recrutement de votre marché de l’emploi et vous conseille en ligne. Où que vous soyez. En 10 semaines et 10 étapes : depuis le questionnement sur votre avenir professionnel, à la découverte de qui vous êtes vraiment, en passant par l’exploration de différents futurs professionnels et la construction d’un vrai plan de bataille. Sans compter que votre coach, maintenant qu’il vous connait, ne va pas vous lâcher comme ça. Il sera encore là plusieurs mois après la fin de programme pour vous aider à mettre en place les étapes de votre reconversion.

Alors, Cap ?

En savoir plus :
Se reconvertir à 30 ans
Se reconvertir à 50 ans