6 conseils pour surmonter un échec professionnel

La vie professionnelle n’est pas une ligne droite et plate. Elle bifurque à droite et à gauche en fonction des événements. Des obstacles viennent parfois s’y positionner et lorsque l’on ne parvient pas à les contourner, c’est l’échec. Bien que ce dernier fasse partie de la vie courante, il est parfois difficile d’y faire face et il nous oblige à nous remettre en question. Grâce à 6 conseils, découvrez comment surmonter un échec professionnel pour continuer à travailler de façon sereine et épanouie.

Pourquoi un échec professionnel n’est-il pas, au premier abord, que négatif ?

Avant de partager quelques conseils pour surmonter un échec professionnel, parlons tout d’abord de cette notion d’échec.

L’échec a deux visages. D’un côté, il évoque l’absence de réussite, une défaite et donc quelque chose de négatif. Il est mal perçu que ce soit par soi-même ou par les autres. Stress, anxiété, perte de confiance en soi ou peur du regard des autres sont un ensemble d’émotions négatives que l’on ressent lorsque l’on fait face à un échec professionnel.

En revanche, de l’autre côté, l’échec est tout autre. Il est davantage vu comme une expérience à part entière permettant de donner le meilleur de soi-même par la suite. Prenons un exemple tout simple avec le vélo : lorsque vous avez appris à faire du vélo, vous êtes probablement tombé la toute première fois. Votre première tentative fut donc un échec. Avez-vous abandonné ? Non, vous avez persévéré jusqu’à trouver le bon équilibre pour tenir sur votre vélo. Et aujourd’hui, vous roulez même sans les mains ! Votre échec s’est transformé en réussite.

L’échec professionnel devrait donc être un tremplin pour rebondir dans votre carrière et montrer que vous êtes capable d’entreprendre malgré les déconvenues auxquelles vous avez été confronté. Retenez également une chose : ceux qui ne font pas d’erreurs ne prennent pas de risques. Et prendre des risques c’est, entre autres, se challenger au quotidien pour trouver du sens à son travail.

Conseil n°1 : accepter d’avoir échoué est une étape nécessaire pour surmonter un échec professionnel

Après un échec, il est parfaitement normal d’être abattu, d’avoir le moral à zéro et d’être découragé. On se sent incompétent, mais nul besoin de vous accabler. Tout le monde commet des erreurs. Vous n’êtes pas le premier ni le dernier à en faire. Soyez indulgent avec vous-même et acceptez l’échec grâce à une capacité de résilience.

Par ailleurs, dans une démarche pour surmonter un échec professionnel, il est essentiel d’être totalement transparent avec vous-même. L’échec vous incombe entièrement ? Admettez-le, ne vous voilez pas la face, cela ne ferait que vous desservir. Mettez votre égo de côté, car finalement, c’est bien de cela qu’il s’agit. Alors oui, reconnaître que l’on a tort n’est jamais plaisant, mais c’est le seul moyen pour rebondir de votre échec professionnel rapidement. Si vous restez à ruminer sur le comment du pourquoi et que vous estimez que ce n’est finalement pas (intégralement) votre faute, mais celle d’untel ou untel, vous n’allez pas vous en sortir.

Tirez les leçons de cet échec professionnel. Elles vous permettront d’avancer et ainsi de ne pas réitérer les mêmes erreurs. Après cette petite mise au point, vous verrez que vous vous sentirez beaucoup mieux et que vous serez prêt à affronter de nouveaux défis ou vous lancer sans hésitation dans un nouveau projet.

Conseil n°2 : pointer du doigt les raisons de son échec professionnel

Après avoir dépassé la phase d’acceptation, il est temps de mettre cartes sur table et d’identifier les causes de cette situation, et ce, dans un seul objectif : surmonter votre échec professionnel. La transparence est donc de rigueur. Commencez par repasser le film dans votre tête et arrêtez-vous à chaque étape afin de voir là où il y a eu un couac. Pour vous aider, prenez un papier et notez tout ce qui vous traverse l’esprit. N’omettez aucun détail. Un élément que vous pensez insignifiant peut se révéler important et expliquer beaucoup de choses.

Lorsque vous avez fini d’énumérer tous les éléments, déterminez ceux qui vous semblent avoir fait défaut. Puis poursuivez votre réflexion en vous demandant comment vous auriez dû vous y prendre pour éviter un échec.

Voici quelques exemples et les questions à se poser pour expliquer les raisons d’un échec professionnel :
* Vous avez sollicité une mobilité interne qui a été octroyée à un autre salarié ? => Demandez-vous si vous aviez les compétences suffisantes pour obtenir ce poste ;
* Vous avez pris une décision dans la précipitation qui s’est révélée pénalisante ? => Est-ce dû par exemple à un problème d’organisation ? ;
* Vous n’avez pas atteint les objectifs fixés par votre manager ? => Aviez-vous les ressources nécessaires (mentales et physiques) pour y parvenir ? (cf. le burn-out) ;
* Vous pensiez avoir toutes les cartes en main pour demander une augmentation, mais elle a été refusée ? => Aviez-vous suffisamment préparé votre entretien ?

Conseil n°3 : repenser à ses réussites

Ce n’est pas parce que vous avez commis une erreur que cela se reproduira. Vous savez que vous êtes capable de prendre les bonnes décisions, que vous êtes un bon élément dans votre travail, la preuve en est toutes vos réussites professionnelles.

Pour vous aider à surmonter votre échec professionnel, remémorez-vous des choses positives et notamment vos précédentes réussites : la signature d’un important contrat, obtenir plus de responsabilités, travailler dans l’entreprise dont vous rêviez ou tout simplement la réussite de votre carrière professionnelle. Toutes ces petites choses contribuent à faire table rase de votre échec et à aller de l’avant.

Conseil n°4 : s’entourer de personnes de confiance

Lorsque l’on fait face à un échec, il est primordial de ne pas s’isoler. Ce n’est jamais bon de ruminer, et encore moins de son côté. Partagez votre déception, votre frustration avec des proches ou des personnes au sein même de votre environnement professionnel. Toutefois, si vous vous épanchez auprès de vos collègues, assurez-vous qu’ils sont dignes de confiance et qu’ils ne risquent pas d’ébruiter vos états d’âme à tout va dans l’entreprise.

Acceptez également leurs critiques positives. Oui, ils sont là pour vous soutenir, mais aussi pour vous faire prendre conscience de vos erreurs de jugement et vous conseiller pour surmonter cet échec professionnel.

Conseil n°5 : se faire accompagner pour surmonter son échec professionnel

Parfois, le soutien de son entourage ne suffit pas à rebondir après un échec professionnel. Bénéficier d’un œil extérieur et de conseils personnalisés est plus que judicieux lorsque l’on ne parvient pas à sortir la tête de l’eau. Tel est le rôle du coach professionnel. Ce dernier, par ses compétences et son expérience, fait en sorte de vous redonner confiance en vous en faisant ressortir tout votre potentiel. Il vous aide à prendre du recul, à relativiser et à faire de cet échec un moyen pour, de nouveau, donner le meilleur de vous-même dans votre travail.

Vous ne connaissez personne qui puisse vous accompagner à surmonter votre échec professionnel ? Même Pas Cap! vous dit comment trouver son coach professionnel.

postuler-image

Conseil n°6 : se former pour pallier le manque de compétences et/ou de connaissances

Un employeur a l’obligation de s’assurer de l’adaptation de chacun de ses salariés à leur poste de travail et de veiller au maintien de leur capacité à occuper un emploi au regard de l’évolution des emplois, des technologies et des organisations (Code du travail).

Si vous estimez que votre échec professionnel est dû à des compétences et des connaissances insuffisantes, sachez que vous avez les clés pour y remédier. En effet, avec les différents dispositifs de formation existants actuellement, vous êtes à même de rebondir et ainsi de surmonter votre échec professionnel.

Depuis que vous travaillez, vous détenez un compte personnel de formation (le CPF) crédité chaque année de 500 € (800 € pour certains salariés). Que ce soit pour vous perfectionner en anglais ou acquérir une compétence spécifique, vous mobilisez vos droits selon vos besoins.

Le projet de transition professionnelle (le PTP) est un autre dispositif vous permettant de prendre part à une formation de plusieurs mois si cela s’avère nécessaire sans incidence sur votre contrat de travail.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte

Mon bilan pour 0€, c'est possible !
Tester mon éligibilité en 2 minutes sur notre simulateur gratuit.