Se reconvertir dans les métiers paramédicaux

Secteur qui ne connaît pas la crise, le paramédical attire toujours plus de candidats en quête d’un travail qui a un sens. En effet, les métiers paramédicaux sont avant tout axés sur la personne. Assurer son bien-être,la soulager de ses maux ou bien avoir une oreille attentive, telles sont les missions de ces professionnels. Si vous êtes reconnu pour vos qualités humaines et votre envie d’aider constamment les autres, alors se reconvertir dans les métiers paramédicaux est un choix de carrière qui vous apportera entière satisfaction.

Présentation et missions des métiers paramédicaux

Le paramédical est un secteur dont les missions consistent à être au plus près des patients, afin de les accompagner, les soigner ou les rééduquer. Ilexiste une vingtaine de métiers et chaque professionnel agit dans un domaine bien précis, mais peut bien sûr travailler de concert dans l’intérêtdu patient.Voici une liste non exhaustive des métiers paramédicaux dans lesquels une reconversion professionnelle est possible :

  • l'auxiliaire de puéricultrice : s’occupe d’enfants âgés de 0 à 3 ans ; les assiste dans leur évolution et leurs différents apprentissages de la vie (propreté, autonomie...) ;
  • le diététicien : s’occupe despersonnes atteintes de troubles alimentaires ;
  • l'ergothérapeute : rééduque les personnes souffrant de troubles d’ordre sensoriel, moteur ou mental  ;
  • l’infirmier : soigne, surveille les maladeset pratique des actes techniques (prise de sang...) ;
  • l’opticien lunetier : vend des systèmes de correction (verres correcteurs, lentilles de contact), des montures, des lunettes de soleil, etc. ;
  • l'orthoptiste : c’est le professionnel de la rééducation des yeux ; sa méthode consiste à faire travailler les muscles oculaires ;
  • l'ostéopathe : soulage les maux physiques grâce à des manipulations douces du corps ;
  • le prothésiste dentaire : crée et répare les prothèses dentaires ;
  • le psychomotricien : il prend en charge les troubles psychomoteurs et essaie de les résoudre grâce à des thérapies corporelles ;
  • le secrétaire médical : est le bras droit de médecins au sein d’un cabinet médical ; il est en charge des appels, de la prise de rendez-vous, et de l’accueil des patients.

Se reconvertir dans les métiers paramédicaux : les qualités nécessaires

Travailler dans le paramédical demande de posséder plusieurs qualités humaines. Pourquoi ? Tout simplement parce que les professionnels de ce secteur côtoient au quotidien un grand nombre de personnes. Des patientsqui ont besoin d’être épaulés, rassurés et entourés. Se reconvertir dans lesmétiers paramédicaux ne peut se faire sans avoir donc un certain sens du contact, de la bienveillance, de l’empathie, de la douceur – dans les gestesou les propos – et de l’écoute. Sans ces qualités, il sera plus difficile d’instaurer une relation de confiance, essentielle dans tout processus de guérison.

Alors bien sûr, selon le métier, s’ajoutent d’autres qualités indispensables. Par exemple, le diététicien doit faire preuve de pédagogie pour bien expliquer à ses patients comment réussir leur programme alimentaire. Le psychomotricien et l’ostéopathe sont incollables sur l’anatomie, tandis quel’infirmier se veut réactif et vigilant. De son côté, le prothésiste dentaire travaille toujours avec précision. Enfin, le secrétaire médical est le roi de l’organisation.

Études et formations pour se reconvertir dans les métiers paramédicaux

À chaque métier, sa formation ! Sauf exception pour le secrétaire médical dont il n’est pas demandé de diplôme spécifique. Néanmoins, il existe des certifications qui apportent une valeur ajoutée dans votre parcours de reconversion professionnelle.

Parmi les diplômes existants pour se reconvertir dans le paramédical, il y a tout d’abord le diplôme d’État. Il concerne les métiers suivants : auxiliaire puéricultrice, ergothérapeute, infirmier et psychomotricien.

Pour les autres métiers, voici les formations les plus courantes :

  • le BTS diététique ou un DUT en génie biologie option diététique pour devenir diététicien ;
  • le BTS opticien-lunetier ;
  • le certificat de capacité d’orthoptiste ;
  • le diplôme d’ostéopathe ;
  • le bac pro, le brevet de maîtrise ou le BTS prothésiste dentaire.
N’oubliez pas le CPF pour le financement de votre parcours de formation..

Carrière et opportunités d'évolution

Les hôpitaux, les établissements de santé et les cabinets médicaux notamment, sont les principaux recruteurs des métiers paramédicaux. Du fait de la diversité de leurs missions, certaines professions s’exercent dansplusieurs structures différentes. Par exemple, l’auxiliaire de puériculture est amenée à travailler aussi bien dans une crèche qu’au sein d’un centre de PMI. Idem pour le prothésiste dentaire qui peut travailler soit dans un cabinet dentaire, soit dans un laboratoire.

Secteur privé ou secteur public ? À vous de choisir. Cependant, si vous décidez d’intégrer la fonction publique, vous devrez passer des concours. Sinon, vous pouvez très bien vous reconvertir dans les métiers paramédicaux en vous mettant à votre compte.

La multiplicité des métiers paramédicaux permet de faire évoluer sa carrière tout en restant dans le secteur. Il n’est pas rare de voir des infirmiers se reconvertir en ostéopathe. Avec l’accumulation de leurs compétences au fil des années, nombre de professionnels choisissent de monter en grade pour devenir cadre de santé. Dans la fonction publique, des concours internes permettent d’accéder à ce type de poste. La spécialisation est également l’une des opportunités d’évolution. Enfin, dernière possibilité, s’installer en libéral après avoir acquis assez d’expérience pour oser se lancer seul.

Le salaire des métiers paramédicaux

Le salaire de départ est sensiblement le même pour l’ensemble des métiers paramédicaux. Comptez entre 1 500et 1 700 euros brut mensuels. Avec l’expérience, il grimpe jusqu’à 2 000 voire 2 500 euros. Pensez aussi que les salariés de la fonction publique bénéficient de primes et d’indemnités supplémentaires.

Pour les professions qui peuvent s’exercer en libéral, la rémunération fluctue en fonction du montant des honoraires et du volume de la clientèle. Ainsi, un diététicien peut gagner jusqu’à 3 000 euros et un prothésiste dentaire, jusqu’à 5 000 euros par mois.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte