Devenir diététicien(ne) ou nutritionniste pour sa reconversion

Manger est essentiel pour vivre. Pourtant, chez certaines personnes, la nourriture est devenue problématique. Stress, junk food, mal-être ou maladie, la raison des troubles alimentaires diffère d’un individu à l’autre. L’intervention d’un professionnel de la nutrition est alors un moyen pour remédier à ces problèmes et rester en bonne santé. Devenir diététicien(ne) pour sa reconversion permet ainsi d’aider celles et ceux qui souhaitent (re)trouver de bonnes habitudes alimentaires.

Présentation et missions du métier de diététicien et de nutritionniste

Le nutritionniste et le diététicien sont deux professionnels de santé traitant les personnes atteintes de troubles de l’alimentation. Mais quelle différence entre ces deux métiers ? Le premier appartient au corps médical, tandis que le second exerce dans le domaine paramédical. Le nutritionniste est avant tout un médecin, donc avec un parcours de formation entre 9 et 12 ans. Devenir diététicien(ne) est par contre beaucoup moins long, nous le verrons plus bas. Dans le cadre d’une reconversion professionnelle, nous allons davantage évoquer le métier de diététicien(ne).

Spécialiste de la nutrition, le diététicien prend en charge des patients souffrant donc de déséquilibres alimentaires. Il s’agit notamment de maladies telles que l’obésité, l’anorexie, le diabète ou la phobie alimentaire. Mais cela peut être également des troubles passagers ou une mauvaise alimentation qui dure depuis longtemps. Au quotidien, le diététicien s’occupe aussi bien des enfants que des adultes.

Ses missions principales se définissent ainsi :

  • avoir un entretien détaillé pour comprendre l’origine des troubles alimentaires ;
  • établir un bilan diététique ;
  • mettre en place un programme nutritionnel, un régime adapté en fonction de l’âge, du mode de vie et de l’état de santé du patient ;
  • donner des conseils sur les bonnes pratiques alimentaires ;
  • assurer le suivi de ses patients.

Si le diététicien exerce en restauration collective, ses missions consistent en plus à s’assurer de la qualité des menus et du respect des règles d’hygiène. Dernier point, à l’inverse du nutritionniste, il n’est pas autorisé à prescrire des médicaments.

Devenir diététicien(ne) pour sa reconversion : les qualités nécessaires

Le diététicien est là pour aider celles et ceux qui ont besoin de retrouver un bon équilibre alimentaire. Dans cet objectif, la relation qui se noue entre le professionnel et le patient doit être basée sur la confiance. Sans cela, il sera difficile de parvenir aux résultats escomptés. Un(e) diététicien(ne) se doit donc d’être à l’écoute pour accompagner au mieux ses patients. La patience et l’empathie ne seront pas de trop pour motiver sur le long terme et faire face aux coups de mou. Eh oui, certains régimes sont plus difficiles que d’autres ou prennent du temps, il faut donc être l’affût de la moindre baisse de morale afin d’y remédier rapidement.

Enfin, pour devenir diététicien pour sa reconversion, la pédagogie est un atout pour apprendre à ses patients les bonnes habitudes alimentaires et surtout, à les respecter.

Études et formations pour devenir diététicien(ne)

Pour devenir diététicien(ne) pour sa reconversion, il est obligatoire de détenir un diplôme équivalent à un bac +2. Deux formations se distinguent : le BTS diététique et le DUT génie biologique option diététique. À distance ou en présentiel, ces différents parcours s’adaptent à toutes personnes en reconversion professionnelle. En outre, sachez que ces deux formations sont éligibles au compte personnel de formation, ce qui permet d’envisager un financement jusqu’à 100 % de votre projet selon le montant dont vous disposez.

Carrière et opportunités d'évolution

Le métier de diététicien connaît un véritable boom et cela s’en ressent sur le marché du travail. Il y a en effet beaucoup plus de demandes que d’offres. Cependant, les postes à pourvoir ne se limitent pas aux seuls hôpitaux où se trouvent la majorité des emplois. Ce qui élargit nettement les possibilités d’embauche pour celui qui souhaite devenir diététicien pour sa reconversion. Les cliniques, les centres de remise en forme, les EHPAD, les établissements de soins, les thalassothérapies, les restaurants scolaires et les maisons de retraite ont besoin de diététiciens pour établir des menus personnalisés pour leurs patients/pensionnaires.

Le diététicien exerçant en milieu médical peut évoluer en tant que cadre de santé, comme par exemple devenir chef du service diététique. Responsable qualité est également une autre opportunité pour dynamiser sa carrière professionnelle, notamment dans la restauration collective.

Le salaire du diététicien

Lorsqu’il commence à travailler, le diététicien gagne environ 2 000 euros brut dans le privé et 1 600 euros brut dans le public. À ce dernier montant, s’ajoutent les primes et les indemnités inhérentes à ce secteur. En fin de carrière, le salaire peut atteindre 2 500 euros brut mensuels. Comme tout métier exercé en libéral, la rémunération varie en fonction de plusieurs facteurs : le volume de la clientèle, l’expérience et la réputation. Un diététicien à son compte peut ainsi toucher jusqu’à 3 000 euros par mois.
Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte