Je n’aime pas mon travail : quelles solutions envisager ?

« Je n’aime pas mon travail », « Je déteste véritablement mon boulot», « Je n’en peux plus de mon job », des phrases qui tournent en boucle dans votre tête depuis un certain temps et qui rendent vos matins plus que difficiles. Une chose est sûre : vous ne pouvez pas rester ainsi au risque d’accroître votre mal-être au travail. Voici plusieurs solutions pour remédier à cette situation et se sentir de nouveau bien dans son milieu professionnel.

Identifier les raisons qui font que vous n’aimez pas votre travail

Avant toute chose, il est important de déterminer les causes qui vous ont amené à détester votre travail. En touchant du doigt le réel problème, il vous sera plus facile de trouver la solution pour aller de l’avant. En effet, ce n’est peut-être pas votre travail qui est en cause, mais un élément inhérent qui induit en erreur votre jugement.

Mais alors, qu’est-ce qui vous fait dire « Je n’aime pas mon travail » ? On peut citer plusieurs raisons à cela :
* le job en lui-même : vous l’aviez idéalisé et ce n’est pas du tout ce à quoi vous vous attendiez ; la déception est grande et explique pourquoi vous n’aimez pas votre travail ;
* les conditions de travail: trop de tâches qui font que vous ne pouvez pas exercer votre job correctement, manque de flexibilité de la part de l’entreprise, un cadre professionnel peu engageant… ;
* l’entreprise : son fonctionnement, ses valeurs ne vous correspondent pas ;
* le salaire : il est loin d’être en corrélation avec les compétences demandées ;
* vos collègues et/ou votre responsable : vous ne vous entendez pas ! Votre N+1 est un vrai tyran, etc. ;
* ** la perte de motivation** : avec le temps, votre investissement est de moins en moins présent notamment en raison de l’absence de reconnaissance de votre hiérarchie. Vous êtes en plein brown-out ! ;
* l’ennui : la répétitivité de vos tâches rend votre travail plus que monotone et vous fait contempler longuement le plafond. On appelle cela le bore-out.

En parler !

En intériorisant votre mal-être au travail, vous ne pouvez pas trouver de solution adéquate. Il faut absolument partager votre ressenti avec un responsable de votre entreprise d’une part, et avec un proche d’autre part. Le fait d’exprimer ce que vous avez sur le cœur vous libèrera de toute pression et vous fera un bien fou. Vous pourrez relativiser, avoir une attitude plus positive et vivre mieux cette situation jusqu’à ce qu’elle change.

À sa hiérarchie

Pour être productif, il est essentiel de se sentir bien dans ce que l’on fait. Si ce n’est pas le cas, il est nécessaire d’en reporter à qui de droit. Donc oui ! vous avez le droit de dire « Je n’aime pas mon travail » à l’un des responsables de votre entreprise. La logique veut que ce soit votre N+1. Or, en fonction de vos relations avec lui, vous avez la possibilité de vous confier à quelqu’un d’autre qui sera plus à l’écoute, impartial et bienveillant.

Demandez un entretien et préparez-le en amont afin de ne rien oublier. Expliquez ce que vous ressentez et ce que vous aimeriez pour que les choses changent. Trouver des solutions main dans la main se révèlera plus efficace que seul.

À ses proches

Les proches sont bien sûr une aide et un soutien précieux lorsque l’on ne va pas bien, que ce soit personnellement ou professionnellement. Cela peut-être votre conjoint(e), vos parents, un(e) cousin(e) ou même un(e) collègue en qui vous avez toute confiance (eh oui, attention aux fuites et aux rumeurs qui pourraient se retourner contre vous…).

Demander à suivre une formation pour évoluer en interne

Si le fait de ne plus aimer votre travail vient des tâches qui vous sont assignées, mais que vous souhaitez rester dans votre entreprise parce que vous vous y sentez bien, il y a une solution : la mobilité interne . Il s’agit d’occuper un autre poste dans un autre service (on parle alors de mobilité horizontale). Bien entendu, cette démarche est à envisager si vous avez un vrai projet professionnel derrière. Cela ne doit pas être seulement une échappatoire, sinon le changement est voué à l’échec.

Si vous estimez que vous avez besoin d’acquérir des compétences et connaissances supplémentaires pour accéder à ce poste, demandez à
suivre une formation. Cette dernière peut se dérouler en interne ou via un organisme agréé. Grâce aux différents dispositifs existants en matière de formation professionnelle – CPF, PTP, plan de développement des compétences – vous pouvez en plus bénéficier d’une prise en charge financière.

Se lancer dans une reconversion professionnelle pour en finir avec « Je n’aime pas mon travail »

Si vous n’aimez réellement plus votre travail ou si vous avez besoin de changer de cadre, pensez à la reconversion professionnelle et choisissez ainsi le métier que vous voulez. Un métier que vous aimerez donc ! Vous n’avez pas d’idée précise ? Pas de panique ! Il y a une solution à tout.

Commencez par réaliser un bilan de compétences. Son rôle : mettre en avant toutes vos compétences et vos connaissances personnelles et professionnelles, identifier vos besoins et vos envies afin de trouver le métier qui vous correspondra le plus. C’est ce à quoi nous nous attelons chez Même Pas Cap! avec notre bilan de compétences en ligne. Accompagné d’un coach professionnel, vous avancez pas à pas pour mettre en place votre nouveau projet.

Quitter son entreprise

Si l’évolution interne ou la reconversion professionnelle ne convient pas à votre situation, vous avez la possibilité de quitter votre entreprise pour enfin arrêter de détester votre travail. Les solutions suivantes sont également valables si vous n’avez pas de griefs particuliers contre votre job, mais que vous souhaitez changer d’employeur tout simplement.

Poser sa démission

Première solution pour dire adieu à votre travail que vous n’aimez pas : la démission. Pour ce faire, il suffit d’en avertir votre employeur dans les délais convenus dans votre contrat. En effet, vous êtes soumis à un préavis dont la durée dépend de votre statut. Toutefois, ce préavis peut être réduit en accord avec votre hiérarchie.

Négocier une rupture conventionnelle

Pour vous assurer une certaine sécurité financière après votre départ, dans l’éventualité où vous n’auriez pas retrouvé de travail ou que vous ne commenciez un nouveau poste que bien plus tard, négocier une rupture conventionnelle est un bon moyen pour quitter son entreprise plus sereinement. Mais là aussi, cette demande se prépare soigneusement pour pouvoir aboutir. Gardez en tête que vous sollicitez des indemnités à votre employeur et celle-ci attend des arguments pour prendre une décision.

Abandonner son poste de travail

Dernière possibilité, mais pas la meilleure pour arrêter de haïr votre travail : l’abandon de poste. Alors oui, vous vous sentirez aussitôt libéré. Néanmoins, cette solution, plutôt radicale, peut vous causer du tort. En effet, en agissant de la sorte, vous mettez votre entreprise devant le fait accompli sans qu’elle puisse avoir le temps de rebondir. De plus, si votre futur employeur la contacte, elle est en droit de lui dire que vous êtes parti du jour au lendemain, ce qui pourrait le freiner quant à votre éventuelle embauche.
postuler-image

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte

Mon bilan pour 0€, c'est possible !
Tester mon éligibilité en 2 minutes sur notre simulateur gratuit.