6 conseils pour réussir son CV pour sa reconversion

Même si un CV doit suivre des règles de base, il est judicieux de l’adapter pour une reconversion professionnelle. Il doit en effet correspondre à votre nouveau projet, lui-même clairement identifié et identifiable. Mais attention, cela ne signifie pas que vous devez faire abstraction de votre carrière antérieure. Bien au contraire. Votre CV est le reflet de votre parcours, et même si vous avez décidé d’opérer un tournant dans votre vie, il montre votre évolution professionnelle. Ce point est important pour les recruteurs, car ils voient l’ensemble de vos compétences, ainsi que votre volonté à ne pas rester sur vos acquis et à vouloir apprendre davantage. Pour mettre toutes les chances de votre côté, voici six conseils pour réussir votre CV pour une reconversion.

Conseil n°1 : mettre un intitulé clair et une accroche engageante

La toute première chose à faire sur votre CV est de trouver un en-tête parfaitement identifiable par les recruteurs. Ces derniers reçoivent énormément de CV et l’intitulé permet de savoir immédiatement pour quel emploi vous postulez. Ainsi, reprendre le titre de l’annonce est ce qu’il y a de plus pertinent. Mais attention, ne faites pas l’erreur de mentionner « en reconversion » à la suite, ce qui pourrait en rendre frileux certains… Vous aurez tout le loisir d’évoquer votre projet et de justifier vos choix de vive voix, si votre profil retient leur attention.

Pour compléter l’intitulé, l’accroche est un bon moyen pour donner l’envie aux recruteurs de consulter votre CV, surtout dans le cadre d’une reconversion. Cependant, que faut-il indiquer dans ces quelques lignes pour faire mouche ? Pour une personne en reconversion, le mieux est de rédiger un rapide résumé de votre carrière et de justifier votre changement professionnel. Une façon de susciter l’intérêt et de donner envie d’en savoir plus sur vous.

Conseil n°2 : thématiser ses expériences

Le manque d’expérience est généralement le talon d’Achille des personnes en reconversion. Toutefois, cela ne doit pas être un frein dans la rédaction de votre CV, puisque vos expériences passées vous seront utiles pour vous démarquer de la concurrence. Ayez en tête qu’avec dix ou vingt ans d’expérience professionnelle, vous en avez beaucoup plus que les jeunes diplômés. Vous connaissez déjà le monde du travail, ce qui est un plus face à des candidats qui n’ont mis le pied dans une entreprise que quelques semaines ou quelques mois.

Regrouper les emplois par thème, et non de façon chronologique, permet donc aux recruteurs de visualiser rapidement vos diverses expériences. Ils pourront ainsi voir le nombre d’années que vous avez travaillé dans tel ou tel domaine. Et comme chaque métier demande des compétences spécifiques, ils pourront de ce fait voir immédiatement celles que vous possédez.

Conseil n°3 : parler de ses compétences

Par vos multiples expériences, vous avez acquis de nombreuses compétences. Par contre, l’objectif d’un CV pour une reconversion n’est pas de toutes les lister. Ce qui n’aurait pas de sens ni de pertinence d’ailleurs. L’idéal est d’en indiquer maximum cinq, celles que vous maîtrisez le mieux. C’est à ce moment qu’interviennent les compétences transversales, c’est-à-dire des compétences qui peuvent être réutilisées dans votre nouvel emploi. Savoir gérer une équipe ou savoir utiliser des outils informatiques par exemple en fait partie. À vous de bien décrypter l’offre d’emploi et de coller au plus près aux demandes des recruteurs.

Conseil n°4 : mettre en avant sur son CV ses formations en lien avec sa reconversion

Le fait d’avoir moins d’expérience que d’autres candidats ne doit pas vous faire sentir illégitime pour postuler à un emploi. Si vous avez suivi une formation pour votre reconversion, il est indispensable de la mentionner dans votre CV. Qu’elle soit diplômante, certifiante ou qualifiante, c’est une réelle valeur ajoutée à votre parcours. Cela montre que votre projet professionnel a été mûrement réfléchi et que vous avez fait en sorte d’acquérir les connaissances nécessaires pour exercer votre nouveau métier.

De même, si vous avez suivi des MOOC ou des e-learnings par exemple, ou bien travailler comme bénévole, indiquez-le. Même si cela ne rentre pas dans un parcours de formation à proprement dit, cela montre votre curiosité et votre envie d’en apprendre toujours plus. Expliquez succinctement ce que vous avez appris et ce que cela peut apporter à l’entreprise.

Conseil n°5 : focus sur les soft skills

Les soft kills, c’est quoi ? C’est le nom donné pour définir les qualités humaines et relationnelles. De plus en plus de recruteurs sont à la recherche de profils ayant des soft kills spécifiques, au-delà de posséder tel ou tel diplôme ou d’avoir suivi telle ou telle formation. Vous êtes créatif ou flexible ? Vous avez l’esprit d’équipe ? Vous savez vous adapter facilement ? La négociation n’a aucun secret pour vous ? Vous êtes un bon communicant ? Parfait ! Quelles qu’elles soient, faites figurer ce type de compétences sur votre CV, surtout dans le cadre d’une reconversion. Elles montrent en effet vos capacités à occuper un poste, en dépit du peu d’expérience.

Conseil n°6 : respecter les bases du CV, même pour une reconversion

Postuler pour un emploi que l’on occupe déjà ou pour trouver un poste dans la branche de sa reconversion, la mise en forme d’un CV doit être la même. Il existe en effet des règles immuables, outre le titre et l’accroche évoqués précédemment. La présentation est bien sûr soignée avec une certaine uniformité et sobriété. Ne rentrez pas dans les détails, allez à l’essentiel pour interpeller rapidement les recruteurs. Quand on se reconvertit à 40 ou 50 ans, il est parfois difficile de tout faire tenir sur une page. Pourtant il est important que votre parcours professionnel soit visible d’un seul coup d’œil, au risque que votre CV soit mis de côté car il prend trop de temps à lire.

Pour la photo, le cas échéant, choisissez-en une neutre qui fasse professionnel. Enfin, concernant les centres d’intérêt, indiquez seulement ceux qui collent avec votre profil professionnel. Il s’agit notamment de ceux qui mettent en avant vos soft kills et ceux en lien avec votre reconversion.

Enfin, n’oubliez pas que tout CV s’accompagne d’une lettre de motivation. C’est elle qui vous permettra de rentrer dans les détails de votre reconversion professionnelle. Soignez donc la elle aussi, afin de continuer à susciter l’intérêt des recruteurs après la lecture de votre CV.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte