Quitter son travail du jour au lendemain : est-ce possible ?

Quitter son travail sur un coup de tête, qui n’en a pas rêvé un jour ? Dire stop subitement ou bien après avoir mûrement réfléchi, et se sentir enfin libéré·e de ce poids qui vous oppresse depuis longtemps. Oui mais voilà, cette décision n’est pas sans conséquence, surtout si vous ne faites pas les choses dans les règles. Même Pas Cap! vous dit tout pour quitter son travail du jour au lendemain dans de bonnes conditions.

Peut-on vraiment quitter son travail du jour au lendemain ?

Théoriquement oui, mais en pratique c’est tout autre chose. Mais avant de détailler le sujet, il est important dans un premier temps d’aborder la notion de « du jour au lendemain », car elle peut avoir plusieurs significations. Une nuance qui prend tout son sens dans le cas présent.

« Sur un coup de tête », voilà comment on pourrait définir aussi l’expression « du jour au lendemain ». Cela signifie qu’à un instant T, vous avez décidé de dire stop, je ne veux plus de ça. « Ça » étant votre travail bien évidemment. C’en est trop : vous ne supportez plus vos collègues, vos tâches n’ont plus de sens, l’ambiance est morose, les heures tournent au ralenti. Cette décision de quitter votre travail, vous l’avez prise instantanément. Mais qu’en est-il exactement dans votre tête à ce moment-là ? Est-ce que vous avez décidé de ne plus remettre les pieds dans votre entreprise dès le lendemain, car vous êtes à saturation extrême ? Ou bien, est-ce une décision subite de partir, mais tout en respectant les conditions de votre contrat de travail ?
Que ce soit d’une façon ou d’une autre, quitter son travail du jour au lendemain est donc possible. Par contre, les conséquences ne sont pas les mêmes. Examinons maintenant en détail, les différentes possibilités.

postuler-image

Poser sa démission pour quitter son emploi dans les règles

Pour respecter les termes de votre contrat de travail, la démission est la solution la plus adéquate pour quitter son travail du jour au lendemain. Mais surtout pour ne pas prendre au dépourvu votre employeur. En effet, celui-ci doit vous trouver un remplaçant et le former dans un laps de temps plutôt court. C’est pourquoi vous êtes dans l’obligation de respecter votre préavis de départ qui, selon votre statut, varie entre un et trois mois.

Toutefois, vous avez parfaitement le droit de demander à votre hiérarchie une dispense de préavis. Celle-ci est en droit d’accepter… ou de refuser, car rien ne l’oblige à accéder à votre requête. Par contre, si elle est d’accord, vous devez convenir ensemble de la date de fin de votre contrat de travail. Sachez que votre employeur peut de lui-même vous proposer de ne pas effectuer votre préavis. Dans les deux cas, vous percevrez systématiquement une indemnité compensatrice de préavis.
C’est d’ailleurs la seule indemnité, en plus de celle des congés payés, qui vous sera due. La démission n’accorde pas en effet l’indemnisation chômage. Pensez à prendre en compte ce paramètre si vous démissionnez sans rien derrière.

Les cas qui permettent d’être dispensé de préavis sans l’accord de l’employeur

Il existe deux cas spécifiques qui autorisent l’absence de préavis dans le cadre d’une démission, et cela, sans que l’employeur ne puisse s’y opposer. Deux cas qui permettent donc de quitter son travail du jour au lendemain.

Le premier cas concerne la démission après un congé pour création d’entreprise. Le second ne concerne que les salariées, car il est en rapport avec la maternité :
* démission au cours de la grossesse
* démission après l’accouchement, mais pour la seule et unique raison d’élever son enfant.

Oser l’abandon de poste pour pouvoir quitter son travail du jour au lendemain

Le soir, en sortant de votre travail, vous prenez la décision de ne plus revenir dans votre entreprise. Les raisons sont bien sûr propres à chacun. Par exemple, une boule au ventre qui vous tiraillait tous les matins et qui a eu raison de vous. Ou bien vous avez déniché un super emploi dont la prise de poste est immédiate. Mais comment faire alors pour quitter son travail sans poser sa démission ?

Il y a un bien un moyen, mais non sans conséquence pour le salarié : c’est l’abandon de poste. Alors oui, vous serez « libéré·e » de vos obligations par rapport à votre employeur, mais au risque que cela ne se retourne contre vous. Gardez à l’esprit que l’abandon de poste est considéré comme une faute grave et qu’il ne permet pas de toucher des allocations chômage. Ensuite, tant que votre employeur ne déclare pas votre licenciement, il n’est pas obligé de maintenir votre rémunération, idem s’il décide de requalifier votre départ en démission. Dans les deux cas, vous risquez donc de vous retrouver sans aucune indemnité. Enfin, abandonner son poste de travail fait mauvaise figure auprès des nouvelles entreprises si elles apprennent que vous avez quitté votre travail du jour au lendemain.

Négocier une rupture conventionnelle

Si vous choisissez d’être réglo avec votre employeur, mais que vous ne souhaitez pas quitter votre travail du jour au lendemain les mains vides, il ne vous reste qu’à tenter de négocier une rupture conventionnelle. Mais attention, une telle demande se prépare ! Car votre employeur, même si vous êtes en bons termes, n’a aucune obligation de l’accepter. Pourquoi vous accorderait-il des indemnités alors que vous voulez partir de votre propre chef ? Il faut avoir une raison sérieuse et motiver votre démarche. Face à votre employeur, soyez convaincant grâce à un discours que vous aurez mûrement réfléchi.

Si malgré vos arguments de poids votre demande est refusée, prenez votre mal en patience pendant votre préavis. Profitez de ce laps de temps pour réfléchir plus longuement à votre avenir professionnel. Dans l’éventualité où vous ne savez pas trop quoi faire, pensez alors au bilan de compétences. Un dispositif qui vous donnera un coup de pouce et vous fera réintégrer le marché du travail sous de bonnes ondes. Même Pas Cap! peut vous accompagner, n’hésitez pas à nous contacter.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte