Tout savoir sur le bilan de compétences entrepreneuriales

Dans l’optique de faire évoluer leur carrière, de plus en plus de salariés profitent d’une reconversion professionnelle pour se lancer dans l’entrepreneuriat. Mais comment savoir si on a les capacités suffisantes pour devenir chef d’entreprise ? Passer du salariat à l’entrepreneuriat n’est, en effet, pas si facile qu’il n’y paraît. C’est pourquoi le bilan de compétences entrepreneuriales tombe à point nommé dans ce genre de situation, car il évalue les compétences et les facultés à gérer une entreprise. Découvrons en détail son fonctionnement.

Qu’est-ce que le bilan de compétences entrepreneuriales ?

D’un côté, il y a le bilan de compétences et de l’autre, la notion d’entrepreneuriat. Le bilan de compétences entrepreneuriales est un dispositif dédié à la création d’entreprise. Tout comme le bilan de compétences classique, il est fortement recommandé dans le cas d’une reconversion professionnelle pour devenir indépendant.. En effet, changer de métier est déjà un grand pas, mais devenir chef d’entreprise en est un autre. Ainsi, avant de se lancer, il est important d’être sûr d’avoir les épaules solides pour tenter l’aventure. Dans un tel projet, il y a un fort besoin d’être rassuré sur ses capacités à créer mais aussi à gérer une entreprise. Et le bilan de compétences entrepreneuriales est justement là pour confirmer ou infirmer cela.

Accompagné par un conseiller, vous allez donc faire le point sur vos compétences, mais aussi évoquer vos motivations et vérifier la cohérence de votre projet avec vos objectifs. Ce même conseiller va ensuite évaluer votre profil et votre projet, et voir si ça matche ! Puis, il va mettre en exergue vos points forts et ceux qui devront être améliorés pour la réussite de votre projet.

À la fin de votre bilan de compétences entrepreneuriales, vous saurez quelle direction donner à votre avenir : rester salarié ou devenir chef d’entreprise. Et si la voie de l’entrepreneuriat est le bon, alors vous pourrez passer de la simple idée à la concrétisation de votre projet.

postuler-image

Le déroulement du bilan de compétences pour les futurs entrepreneurs

À l’instar du bilan de compétences, le** bilan de compétences entrepreneuriales** se déroule en trois phases. Certains organismes proposent également un suivi post bilan.

La phase préliminaire

Avant de pouvoir vous aiguiller de la meilleure façon qui soit, le conseiller a besoin d’en savoir un peu plus sur vous. Pendant cette phase ponctuée d’entretiens individuels, il va prendre connaissance de votre parcours, de vos compétences et de vos connaissances, ainsi que de vos motivations quant à ce projet d’entrepreneuriat. Il vous demandera aussi vos attentes et vos besoins.

La phase d’investigation

Cette deuxième phase tourne autour de l’entrepreneuriat en lui-même. C’est-à-dire, l’analyse de vos aptitudes et de vos compétences entrepreneuriales. Il ne suffit pas d’un savoir-faire pour que son entreprise fonctionne. Il est indispensable d’avoir également des qualités propres à un chef d’entreprise. Par exemple, savoir manager, prendre des décisions, être organisé, être capable de rebondir en cas de difficulté ou d’échec, etc. Cette phase d’investigation est donc primordiale pour vérifier que votre projet est réaliste et réalisable. Vous irez par ailleurs à la rencontre d’entrepreneurs afin qu’ils vous partagent leur propre expérience et vous donner des conseils.

La phase de conclusion

La phase de conclusion est la synthèse de tout ce qui a été fait pendant la phase d’investigation. Il est temps de mettre en place votre plan d’action. Avec votre conseiller, vous allez évoquer les moyens et les étapes à mettre en œuvre pour concrétiser votre projet professionnel.

Le suivi

La fin du bilan de compétences entrepreneuriales marque le commencement de la vie du futur chef d’entreprise. En effet, ce dernier a encore du chemin à parcourir avant d’être considéré comme tel. Il doit d’abord finaliser certains points, puis s’occuper des démarches pour créer son entreprise. Cependant, il se peut que subviennent quelques déconvenues ou désillusions. C’est la raison pour laquelle des conseillers proposent un suivi après la fin du bilan. Ils font le point sur l’évolution du projet, prodiguent les derniers conseils, continuent d’encourager et de motiver les nouveaux entrepreneurs.

Démarche et financement

Comment faire ?

La démarche est la même que pour réaliser un bilan de compétences classique. Il faut dans un premier temps choisir un centre de bilan de compétences, selon des critères que vous aurez définis au préalable. N’oubliez pas que vous êtes dans une dynamique de chef d’entreprise et que vous devez trouver un centre qui répondra parfaitement à vos attentes en matière d’accompagnement entrepreneurial. N’hésitez donc pas à demander si des conseillers sont spécialisés dans le bilan de compétences entrepreneuriales.

Ensuite, vous devez décider quand vous souhaitez réaliser votre bilan : pendant vos heures de travail ou en dehors. Cette décision dépend d’une seule chose : informer ou non votre employeur de votre démarche. Si vous ne souhaitez pas qu’il soit au courant, votre bilan se déroulera en dehors du temps de travail. Dans le cas contraire, vous avez la possibilité de le réaliser sur votre temps de travail et les heures consacrées au bilan ne seront pas déduites de votre rémunération. Cependant, vous devez respecter certaines conditions :
* en CDI : avoir au moins cinq ans d’activité professionnelle et au moins 12 mois d’ancienneté dans votre entreprise ;
* en CDD : avoir au moins 24 mois d’activité professionnelle au cours des cinq dernières années, dont quatre mois au cours des 12 derniers mois;
* faire la demande au moins 60 jours avant le début du bilan.

Financer le bilan de compétences entrepreneuriales

Le bilan de compétences entrepreneuriales est un dispositif pris en charge par le compte personnel de formation, le CPF. Pour connaître le montant dont vous disposez, il suffit de vous connecter sur votre espace privé. Si le montant ne couvre pas la totalité du coût du bilan, ou si vous souhaitez le conserver, vous pouvez compléter par des fonds propres.

Si vous êtes demandeur d’emploi, vous pouvez bénéficier d’une aide individuelle à la formation, l’AIF. Il suffit d’en faire part à votre conseiller Pôle Emploi, qui vous accompagnera dans le montage de votre dossier. Deux issues à votre demande : soit elle est acceptée et le financement est alors total ou partiel, soit elle est refusée.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte