Se reconvertir dans les métiers de la petite enfance

Voir grandir et évoluer les tous petits et participer à leur épanouissement, quel bonheur ! Mais il ne faut pas croire que c’est de tout repos. Car combler les besoins et les désirs d’une ribambelle d’enfants n’est pas toujours évident. De même, avoir la responsabilité d’un bébé de quelques heures ou de quelques semaines n’est pas non plus anodin. Les métiers de la petite enfance sont des métiers à très grande responsabilité et se reconvertir dans ce secteur ne se fait pas à la légère. Si le sourire d’un enfant est l’un de vos leitmotivs, alors votre reconversion est peut-être déjà toute tracée.

Présentation et missions des métiers de la petite enfance

Les métiers de la petite enfance consistent à travailler auprès d’enfants, de leur naissance jusqu’à l’âge de trois ans. Les professionnels du secteur ont une mission commune : assurer leur bien-être, leur éveil et leur sécurité. Ce sont des professions exercées par des femmes en grande majorité. Il existe plusieurs métiers pour se reconvertir dans la petite enfance et chacun a un rôle bien précis auprès des plus petits.

L’éducateur de jeunes enfants organise des jeux et des activités, explique les règles de vie sociale, d’hygiène et de sécurité. Il accompagne les petits dans l’autonomie. Il est parfois amené à travailler auprès d’enfants en difficultés ou porteur de handicaps.

L’ATSEM est le bras droit du professeur des écoles en maternelle. Il accueille les enfants et leurs parents le matin, participe aux activités, surveille la récréation, la cantine et les temps de sieste. C’est lui qui range et nettoie la classe.

Les missions de l’auxiliaire de puéricultrice dépendent de là où elle travaille. Dans un hôpital ou une maternité, elle prodigue les soins aux bébés et montre les bons gestes aux nouveaux parents. En crèche, elle participe au développement moteur et à l’éveil des enfants.

L’assistante maternelle, plus communément appelée nounou, a un rôle similaire à l’auxiliaire de puéricultrice. Elle propose des jeux et des activités, apprend l’autonomie aux enfants, leur donne à manger ou les aide selon leur âge, se promène avec eux, etc.

Se reconvertir dans les métiers de la petite enfance : les qualités nécessaires

Aimer les enfants et s’en occuper ne suffit pas pour se reconvertir dans la petite enfance. Travailler auprès des petits exige un grand sens des responsabilités. N’oubliez pas que vous avez en charge la sécurité d’enfants âgés de quelques mois à trois ans. Une tranche d’âge en plein apprentissage de la vie et qui n’a pas conscience encore de certains dangers.

À cela s’ajoute de la patience bien sûr, de la bienveillance, de l’empathie, de la disponibilité, de l’écoute et de l’attention. Beaucoup de qualités indispensables pour l’épanouissement des enfants, mais aussi pour rassurer les parents. Ces derniers doivent sentir qu’ils peuvent vous faire confiance en toutes circonstances. D’où la nécessité d’avoir aussi un bon contact humain.

S’occuper d’enfants demande également de l’imagination, de la créativité et du dynamisme. Des qualités indispensables pour les éveiller et interagir de façon ludique.

Études et formations pour se reconvertir dans la petite enfance

Pour se reconvertir dans les métiers de la petite enfance, il est indispensable de posséder un diplôme. Vous pouvez faire appel à votre CPF pour financer votre parcours, car il s’inscrit sans problème dans le cadre d’une formation continue. Voici les formations pour devenir :

  • éducateur de jeunes enfants : le DEEJE, le diplôme d’État d’éducateur de jeunes enfants ; la formation dure trois ans et s’intègre après un concours d’entrée ;
  • ATSEM : le CAP AEPE (accompagnement éducatif petite enfance) ;
  • auxiliaire de puéricultrice : le DEAP, diplôme d’État d’auxiliaire de puéricultrice ; la formation se déroule au sein d’un IFAP après passage d’un concours d’entrée.

Seule exception : la reconversion pour devenir assistante maternelle. En effet, pour exercer ce métier, pas besoin de diplôme spécifique. Il est simplement demandé un agrément, délivré par la PMI, et de suivre une formation d’au moins 120 heures. Une fois ces conditions remplies, vous pouvez accueillir des enfants. Toutefois, les personnes qui possèdent déjà le CAP AEPE n’ont pas l’obligation de suivre cette formation.

Carrière et opportunités d'évolution

Se reconvertir dans les métiers de la petite enfance offre de nombreux débouchés.

Une assistante maternelle travaille la plupart du temps chez elle. Elle peut éventuellement être employée au sein d’un RAM, un relais d’assistantes maternelles. Le manque de place en crèche accroît la demande de nounous, c’est donc un métier qui ne connaît pas la crise.

Une ATSEM travaille essentiellement en école maternelle, alors que l’éducateur de jeunes enfants et l’auxiliaire de puéricultrice ont plus de choix. Citons les crèches, les hôpitaux, les haltes-garderies, les maternités ou les PMI (pour les AP), les foyers de l’enfance (pour l’éducateur).

Chacun de ces professionnels a l’opportunité de faire évoluer sa carrière. Par exemple, l’éducateur de jeunes enfants peut choisir des fonctions d’encadrement.

L’ATSEM peut choisir de devenir professeur des écoles ou éducateur. L’auxiliaire de puéricultrice bénéficie de passerelles pour changer de métier et s’orienter vers la profession d’infirmière ou d’aide-soignante notamment. Enfin, une assistante maternelle, avec au moins deux ans d’expérience, peut devenir auxiliaire de puériculture.

Le salaire des métiers de la petite enfance

Excepté pour les assistantes maternelles, le salaire des métiers de la petite enfance est à peu près le même. Comptez 1 500 euros brut mensuels en début de carrière. Au bout d’une dizaine d’années, il atteint 2 100 euros par mois. Les postes étant en grande majorité dans la fonction publique, il faut ajouter à ce montant, des primes et des indemnités.

La rémunération d’une assistante maternelle est très variable puisqu’elle dépend de plusieurs facteurs. Effectivement, certaines régions sont davantage en demande de nounous et les tarifs horaires sont alors plus élevés qu’ailleurs. De même, plus elles gardent d’enfants, plus leur salaire est important.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte