Devenir sage-femme
pour sa reconversion

Suivre les grossesses, s'occuper des accouchements, assurer des suivis médicaux ou réaliser des actes gynécologiques, le métier de sage-femme est loin d'être monotone. Si vous avez un excellent sens relationnel, une certaine douceur et savez être rassurant.e tout en travaillant (souvent) dans l'urgence, alors devenir sage-femme est à envisager pour votre future reconversion professionnelle.

Présentation et missions du métier de sage-femme

Un.e sage-femme accompagne médicalement les femmes pendant et après leur grossesse ainsi que leur bébé. Il/Elle a la possibilité de travailler dans différentes structures telles qu'hôpitaux, cliniques, PMI ou choisir d'exercer en libéral. Cependant, son rôle ne sera pas le même. En effet, alors qu'il/elle s'occupe de l'accompagnement et des accouchements dans un hôpital ou une clinique, il/elle ne peut proposer que le suivi médical si il/elle travaille en PMI ou dans son propre cabinet.

Devenir sage-femme pour sa reconversion professionnelle revient à réaliser différentes missions :

Pendant la grossesse

Pendant la grossesse, le/la sage-femme assure un suivi médical du fœtus ainsi et de la future maman. IL/Elle s'occupe de réaliser des examens prénataux tels que des échographies, écouter le cœur du bébé, vérifier l'état du col… Il/Elle propose également des séances de préparation à l'accouchement ainsi que des conseils pour les mamans désirant allaiter.

Après l'accouchement

Lorsque la maman met au monde son enfant, le/la sage-femme le prend en charge pour lui prodiguer les premiers soins. Il/Elle va également vérifier que la maman va bien. A la maternité, il/elle continue son rôle de suivi et d'accompagnement en examinant le nouveau-né et en dispensant des soins post-accouchement à la maman. Il/Elle va aussi apprendre aux parents les soins relatifs au cordon ou les bons gestes pour le bain.

Le/La sage-femme est également en charge d'assurer le suivi médical lorsque la maman et son bébé sont de retour chez eux. Il/Elle vérifie la courbe de poids du bébé et que la maman se porte bien tant physiquement que moralement. Il/Elle apporte réconfort et conseils, souvent nécessaires les premiers temps. Plusieurs semaines après l'accouchement, le/la sage-femme va s'occuper de la rééducation périnéale.

A long terme

Le rôle de sage-femme ne se limite pas à la grossesse et au post-partum. Il/Elle est à même de proposer des suivis gynécologiques, de prescrire une contraception ou de pratiquer des IVG par voie médicamenteuse selon les dispositions prévues par la loi.

Devenir sage-femme pour sa reconversion : les qualités nécessaires

Comme de nombreux métiers de santé, devenir sage-femme pour sa reconversion nécessite d'assumer d'importantes responsabilités et d'avoir les épaules solides. Pour cela, des connaissances médicales sont essentielles pour prendre les bonnes décisions. Un.e sage-femme doit savoir gérer son stress en toutes circonstances, s'adapter à des rythmes de travail souvent contraignants notamment dans les hôpitaux (horaires de nuit, week-end…), prendre du recul dans les moments difficiles tout en faisant preuve d'empathie et de soutien.

A côté de cela, il/elle doit faire preuve de rigueur, de réactivité, de douceur, de disponibilité, d'attention et être rassurant.e. A la fois pédagogue et psychologue, le relationnel est primordial pour pouvoir répondre aux questions et angoisses des futurs parents.

Etudes et formations pour devenir sage-femme

Pour devenir sage-femme, il est indispensable d'obtenir un diplôme d'Etat (DE) qui se déroule sur 5 ans. Par contre, le PACES – Première Année Commune aux Etudes de Santé – va être supprimé dès la rentrée 2020 afin de faciliter les démarches d'entrée aux études de santé. Un point très intéressant pour celles et ceux en reconversion. Il sera désormais possible de devenir sage-femme via une licence qui propose l'option "accès santé". Les quatre années suivantes alterneront cours théoriques, enseignements pratiques, stages, pour finir par un mémoire de fin d'études.

Faire financer votre projet de reconversion professionnelle pour devenir sage-femme est possible grâce à deux dispositifs : le CPF ou le projet de transition professionnel (ex-CIF).

Par ailleurs, saviez-vous qu'il y a une pénurie de sages-femmes en France ? S'engager dans cette voie pour une reconversion professionnelle est donc l'occasion de changer de vie avec la garantie d'un emploi à la clé.

Carrière et opportunités d'évolution

Comme nous l'avons précisé précédemment, un.e sage-femme n'aura pas de difficultés à trouver un emploi. A la sortie de l'école, il/elle a la possibilité de passer un concours de la fonction publique territoriale pour travailler dans les PMI. Ou bien passer un concours de la fonction publique hospitalière pour exercer dans un hôpital et ainsi s'occuper des accouchements. Sinon, il/elle peut trouver un poste dans une clinique privée ou s'intaller en cabinet libéral.

Côté perspectives d'évolution, de nombreux.ses sages-femmes font le choix de se mettre à leur compte après plusieurs années d'expérience. Celles et ceux qui souhaitent plus de responsabilités peuvent passer des concours pour devenir cadre de santé, responsable d'un service de maternité… Le métier de sage-femme donne accès à d'autres métiers de la santé comme infirmier anesthésiste, pédiatre, ostéopathe, puéricultrice…

Autant d'opportunités de carrière qui vous permettent d'envisager une reconversion pour devenir sage-femme.

Le salaire de sage-femme

A ses débuts, un.e sage-femme rattaché.e à la fonction publique perçoit une rémunération mensuelle moyenne de 2 000 € bruts. En fin de carrière, ce montant atteint 3 800 € bruts. Si il/elle est à son compte, il/elle peut gagner environ 2 400 € bruts par mois. Bien sûr, plus il/elle a de patientes, plus sa rémunération augmente mais plus l'investissement est important.