Devenir infirmier pour sa reconversion

Souhaiter devenir infirmier pour sa reconversion n'est pas le fruit du hasard. En effet, ce métier est une véritable vocation. Une vocation à aider les autres, à apaiser leurs douleurs et faire à ce qu'ils se sentent mieux tant physiquement que psychologiquement. Lien entre les médecins, les patients et les familles, l'infirmier est un maillon important parmi le corps médical. Missions, formations et carrière, faisons le point sur le métier d'infirmier.

Présentation et missions du métier d'infirmier

L'infirmier est un membre du personnel de santé qui prend en charge les malades. Les soigner, les surveiller, veiller à ce qu'ils se sentent bien, pratiquer des actes techniques comme les piqûres ou les prélèvements… font partie de ses missions quotidiennes. Il porte beaucoup d'attention à ses patients et s'avère être d'un important soutien psychologique. Il s'occupe également de prendre la tension, la température, de poser des pansements. S'il travaille dans un hôpital ou une clinique, il assiste le médecin et fait le lien avec le patient. Il peut être aussi amené à préparer le bloc opératoire.

Bien qu'un infirmier s'occupe en grande majorité d'actes techniques, il gère également quelques tâches administratives. La gestion des plannings, des stocks et du matériel, le suivi des dossiers ou l'organisation des entrées et des sorties des malades font partie des missions de l'infirmier en reconversion.

Devenir infirmier pour sa reconversion : les qualités nécessaires

Aider et accompagner les malades, telles sont les principales tâches de l'infirmier. En ce sens, être à l'écoute, empathique, rassurant, bienveillant et aimer le contact sont des qualités indispensables dans ce métier. Ces qualités sont également utiles pour les familles des patients afin de gérer leurs angoisses et inquiétudes. Un infirmier travaille en collaboration avec différents membres du corps médical (médecins, chirurgiens, aide-soignants…), avoir l'esprit d'équipe est donc un atout essentiel pour exercer dans de bonnes conditions.

Etre infirmier signifie aussi travailler dans l'urgence et donc être réactif, vigilant, savoir faire face à la pression et garder son sang-froid en toutes circonstances. De par les manipulations techniques à effectuer, la méticulosité, la rigueur et la patience sont également des qualités nécessaires. Parce que vous serez amené à aider les malades dans leurs déplacements, vous devez avoir une bonne condition physique.

Enfin, il est important de savoir prendre du recul pour éviter d'être submergé par les émotions face à certains événements.

Devenir infirmier pour sa reconversion équivaut à travailler en horaires décalés, les week-ends et les jours fériés. Ce rythme entraîne une certaine fatigue, vous devez donc pouvoir y faire face sans que cela n'altère vos capacités.

Études et formations pour devenir infirmier pour sa reconversion

Sans un diplôme d'état, impossible d'exercer le métier d'infirmier. Pour suivre la formation, il faut s'inscrire dans un IFSI, un institut de formation en soins infirmiers. Cette formation alterne théorie et stages pendant trois ans. Et nouveauté depuis 2019, il n'y a plus de concours d'entrée pour intégrer un IFSI ! Les personnes en reconversion bénéficient désormais d'un parcours d'inscription spécifique pour devenir infirmier.

En effet, si vous avez travaillé au moins pendant trois ans, il suffit de vous inscrire en tant que candidat en formation professionnelle continue. Vous devrez passer trois épreuves de sélection : une de culture générale, une de mathématiques et un entretien dans lequel vous parlerez de votre projet professionnel devant un jury. Une fois cette étape validée, vous pourrez être admis dans un IFSI. Et selon votre parcours antérieur et vos diplômes, il est même possible que vous soyez exempté de certaines UE (unités d'enseignement).

Carrière et opportunités d’évolutions

Au bout de trois ans de formation et diplôme d'état en poche, un infirmier en reconversion a le choix de travailler dans diverses structures. Mais attention, le marché de l'emploi n'est pas le même selon les régions. Renseignez-vous bien en amont sur les opportunités existantes en fonction de vos souhaits avant d'envisager une mobilité.

Voici donc une liste non exhaustive des établissements qui recrutent des infirmiers :
  • les hôpitaux (publics ou privés),
  • les cliniques,
  • les maisons de retraite,
  • les établissements scolaires,
  • les centres de rééducation,
  • les services de soins palliatifs,
  • les centres de santé…


Comme plusieurs autres métiers de la santé, un infirmier peut évoluer au sein même de ce secteur avec un certain avantage : celui de bénéficier d'un parcours de formation réduit. C'est le cas par exemple pour devenir sage-femme, ostéopathe ou même kiné. Sinon, il a la possibilité de se spécialiser : infirmier anesthésiste, infirmier puériculteur ou infirmier en bloc opératoire sont souvent des voies d'évolution professionnelle. Après quatre ans d'expérience, il peut également choisir une carrière en tant que cadre de santé.

Assistant médical, auxiliaire de puériculture ou se mettre à son compte (avoir impérativement deux ans d'expérience professionnelle) sont aussi des orientations choisies par un infirmer. De par ses nombreuses qualités, ce dernier peut envisager de changer de secteur ou de vivre de sa passion en devenant entrepreneur.

Le salaire du métier d'infirmier

Lorsqu'il est débutant, un infirmier en reconversion gagne environ entre 1 700 euros et 2 000 brut par mois. Un salaire qui grimpe entre 2 800 et 3 000 euros brut en fin de carrière. A noter qu'en cas de spécialisation, la rémunération est plus élevée. De son côté, un infirmier libéral perçoit environ 2 500 € mais ce montant peut être plus conséquent en fonction du nombre de ses patients.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte