La reconversion professionnelle pour un policier ou gendarme

Faire en sorte de respecter la loi, gérer toutes sortes de conflits, le policier et le gendarme ont des rôles importants auprès de la population. Parfois intransigeants, parfois jouant le rôle de médiateur, ils vivent leur métier à 100 %. Pourtant, leur quotidien reste quand même sous tension et peut amener certains d'entre eux à vouloir se reconvertir. Mais quelle reconversion existe-t-il pour un policier ou un gendarme ?

Pourquoi se reconvertir en tant que policier ou gendarme

Etre policier ou gendarme n'est pas de tout repos. En plus de travailler de jour comme de nuit et sans distinction pour les jours fériés, ces deux métiers font régulièrement face à de l'insécurité et à de la violence. Appelés pour intervenir dans un conflit, sur le lieu d'un accident de la route ou pour des délits, il arrive qu'ils soient pris à partie sans raison particulière. Juste en raison de leur statut. Ces raisons peuvent expliquer pourquoi un policier ou un gendarme souhaite faire une reconversion professionnelle.

Les étapes pour faire une reconversion professionnelle

La reconversion pour un policier

Un policier a accès au CFP, le congé de formation professionnelle. C'est un parcours dédié aux agents de la fonction publique. Pour demander une reconversion, le policier doit justifier d'au moins 3 années d'ancienneté s'il est fonctionnaire. S'il est contractuel, ces 3 ans ne sont pas obligatoirement consécutifs mais il doit être en poste dans le même établissement depuis au moins un an. La durée du CFP est limitée à 3 ans et se déroule en une ou plusieurs fois. Dans ce dernier cas, il est nécessaire que chaque période de stage ait une durée minimum de 10 jours.

Le policier doit informer ses supérieurs par courrier 3 mois avant le début de la formation s'il est agent territorial et 4 mois avant s'il est agent d'Etat. Toutefois, l'accord du CFP dépend des nécessités de service. De plus, si le policier est agent de la fonction publique d'Etat, sa demande dépend aussi des crédits alloués. La demande de congé doit stipuler la date de la formation, l'intitulé et le nom de l'organisme. Sa hiérarchie dispose de 30 jours pour donner son accord, refuser en expliquant les motifs ou reporter la demande. A noter qu'il ne peut pas y avoir plus de deux refus consécutifs pour un agent territorial et trois pour un agent d'Etat.

La reconversion pour un gendarme

Tout comme le policier, le gendarme dispose d'un parcours spécifique par l'intermédiaire du COR, le Centre d'Orientation et de Reconversion et des dispositifs mis en place par Défense Mobilité. L'officier ou le sous-officier aura plusieurs étapes à suivre qui sont l'orientation, l'élaboration du projet professionnel puis la validation de celui-ci. Cette dernière étape consiste à confronter le projet avec la réalité du marché et en rencontrant des professionnels. Pendant toute sa démarche, il est accompagné par un professionnel qui va l'aider à bien mettre en place son projet.

La reconversion professionnelle est possible pour un gendarme ayant au moins 4 ans de service. Dans le même temps, il doit répondre aux critères suivants : avoir quitté la gendarmerie, avoir résilié ou être arrivé au terme de son contrat ou bien être à l'âge de la retraite. Précisons que tout gendarme ayant quitté ses fonctions depuis moins de 3 ans a toujours la possibilité de faire une reconversion professionnelle. La demande doit se faire au moins 12 mois avant que le gendarme ne quitte ses fonctions. Si ses compétences sont transposables dans le milieu civil, alors il peut solliciter :

  • une SAE, une session d'accompagnement vers l'entreprise,
  • une PAE, une période d'adaptation en entreprise,
  • ou bien une PACRE, une prestation d'accompagnement à la création ou à la reprise d'entreprise
Si ses compétences ne sont pas transposables, alors il doit faire la demande d'un stage de formation au sein d'un organisme civil, d'un centre militaire ou d'une entreprise directement.

Si le gendarme dispose de moins de 4 ans de service, il peut quand même obtenir des aides. Elles se traduisent par des cours par correspondance (dont le remboursement des frais d'inscription est possible sous certaines conditions), l'accompagnement d'un conseiller du COR, l'accès aux offres d'emploi et la mise en relation avec des employeurs.

Les métiers les plus adaptés après avoir été policier ou gendarme

De par ses compétences professionnelles, un policier ou un gendarme possède les qualités pour travailler dans le domaine de la sécurité. D'ailleurs plusieurs métiers leur sont accessibles sans formation préalable :

  • faire de la surveillance humaine
  • être transporteur de fonds
  • faire de la protection rapprochée
  • travailler dans la sureté aéroportuaire
  • devenir enquêteur privé
  • être opérateur en vidéoprotection
Par contre, le métier de maître-chien ou conducteur de chiens nécessite une qualification ou un certificat d'aptitude professionnelle.

Bien sûr, les métiers de la sécurité ne sont pas les seules issues après la reconversion d'un policier ou d'un gendarme. Ils peuvent tout à fait se diriger vers la fonction publique ou dans d'autres domaines du secteur privé. Ou bien créer leur propre entreprise dans une activité qui leur est chère voire même reprendre une entreprise.

Reprenez en main votre projet professionnel avec Même Pas Cap !

CPF, bilan de compétences ou bien VAE, autant de termes qui peuvent freiner une personne dans sa démarche de reconversion professionnelle. Chez Même Pas Cap!, nous proposons des accompagnements personnalisés avec des coachs professionnels. Tout au long de votre projet, ils sont à vos côtés pour vous aider à bien vous orienter. Le plus de notre service : un programme qui s'adapte à vous et qu'il est possible de réaliser entièrement à distance. Vous êtes policier ou gendarme et souhaitez entamer une reconversion professionnelle ? Contactez-nous pour nous parler de votre futur projet !