La reconversion professionnelle après l’agriculture

Chaque année, près de 10 000 agriculteurs sont contraints de cesser leur activité. Par obligation ou par choix, ils s'engagent dans la voie de la reconversion professionnelle. Un parcours parfois difficile pour ceux dont l'agriculture était une vocation ou une destinée familiale. Pour les aider à avancer et à envisager une nouvelle carrière professionnelle, les agriculteurs peuvent s'appuyer sur un accompagnement et un dispositif dédié à leur secteur. Quelles sont les raisons qui poussent à se reconvertir après l'agriculture ? Quels sont les moyens mis en place ? Que faire ensuite ? Même Pas Cap ! fait le point.

Pourquoi se reconvertir quand on est agriculteur ?

Des charges de travail de plus en plus conséquentes, des normes de plus en plus contraignantes, des prix sans cesse revus à la baisse, les agriculteurs font aujourd'hui face à de nombreuses difficultés dans l'exercice de leur profession. Et cela engendre comme conséquences, démotivation, fatigue et complications économiques. Pourtant, malgré tous ces problèmes, nombre d'agriculteurs ont peine à quitter leur travail et s'accrochent. Car leur métier c'est plus qu'un travail, c'est toute leur vie.

Travailler dans l'agriculture est avant tout une vocation et fait souvent partie d'une lignée familiale. On commence jeune et on s'investit longuement et durement à cultiver la terre et/ou à élever des animaux. On peut donc comprendre aisément leur difficulté à accepter de perdre un patrimoine et un héritage familial. C'est pourquoi ceux qui font le choix de se reconvertir après l'agriculture sont étroitement accompagnés et conseillés dans leur démarche. Et selon le contexte économique dans lequel ils se trouvent, les agriculteurs disposent d'aides financières spécifiques pour contribuer à la réussite de leur avenir professionnel.

Alors, qu'est-ce qui attend les agriculteurs qui s'engagent dans une reconversion professionnelle ? Un nouveau rythme de travail, moins fatigant, plus de disponibilité pour leurs proches, un salaire plus élevé… Ces avantages permettent ainsi de tourner la page progressivement et d'envisager l'avenir plus sereinement. Alors oui, il y a bien une vie après l'agriculture et voici les solutions.

Comment se reconvertir après avoir travaillé dans l'agriculture ?

L'aide à la reconversion professionnelle pour les agriculteurs en difficulté

Pour accompagner et aider les agriculteurs en difficultés économiques et dans l'obligation de cesser leur activité, le Ministère de l'Agriculture, Vivéa et Pôle Emploi ont mis en place un dispositif d'aide à la reconversion professionnelle, l'ARP. Il concerne les chefs d'exploitation et d'entreprises agricoles, leurs conjoints, leurs collaborateurs ainsi que les aides familiales ayant au moins 5 ans d'activité professionnelle. Ils doivent également être reconnus comme inapte au redressement par la CDOA ou en liquidation judiciaire par le tribunal de grande instance. A partir de l'une ou l'autre de ces décisions, l'agriculteur dispose d'un délai de deux ans pour arrêter de travailler. Dans ce laps de temps, il doit demander sa radiation auprès de la MSA et s'inscrire à Pôle Emploi.

Le montant de l'ARP s'élève à 3 100 € (versés lors de la cessation d'activité) auxquels s'ajoutent 1 550 € d'aide au déménagement si vous êtes dans l'obligation de partir de chez vous.

En tant que demandeur d'emploi, le CEP est gratuit et représente un premier pas pour se reconvertir après l'agriculture. Le conseil en évolution professionnelle permet de vous diriger vers les organismes ou dispositifs appropriés. Le bilan de compétences, quant à lui, permet de faire le point sur vos compétences et aptitudes. Vous pouvez aussi demander une aide à la formation dont le montant ne peut excéder 2 500 €. La durée de la formation est variable : entre une semaine et 6 mois et peut même aller jusqu'à 12 mois si elle est qualifiante.

Se reconvertir délibérément pour quitter le secteur de l'agriculture

Les agriculteurs qui se reconvertissent par choix bénéficient également de l'aide financière de Vivéa. Cependant, ils ne peuvent pas prétendre aux aides complémentaires de 3 100 € et de 1 550 € mentionnées précédemment qui sont spécifiques aux professionnels en difficulté économique.

Dans votre démarche de reconversion, le CEP, le bilan de compétences, la VAE et la formation continue sont quatre dispositifs mis à votre disposition. La VAE est intéressante si vous ne possédez pas de diplôme et avez au moins un an d'expérience professionnelle car elle permet de faire reconnaître ou certifier vos compétences.

Côté financement, le bilan et la VAE sont tous deux pris en charge par Vivéa. Par contre toute formation, qu'elle soit de courte ou de longue durée, le plafond est fixé à 2 000 €.

Que faire après le métier d'agriculteur ?

Travailler dans l'agriculture demande beaucoup d'investissement, de rigueur et d'autonomie. Ce secteur de métier est également synonyme de passion, de courage, de polyvalence et aimer travailler en extérieur. C'est d'ailleurs un point à prendre en considération pour votre reconversion : continuer à travailler dehors ou dans un bureau ? Le bilan de compétences vous aidera justement à déterminer quelles conditions de travail correspondent le plus à votre profil.

De nombreux agriculteurs deviennent ainsi maçons, conducteurs d'engins, chauffeurs de cars scolaires ou maîtres d'œuvre. Tandis que d'autres décident de tourner complètement la page et de s'orienter vers un métier moins physique. Certains sont même devenus agents immobiliers ! Se reconvertir après l'agriculture offre donc plusieurs voies d'orientation professionnelle.

Il n'y a donc pas de route toute tracée pour un agriculteur en reconversion. Gardez en tête que vous avez un profil très intéressant pour de futurs recruteurs grâce à votre côté travailleur et professionnel.

Se reconvertir après l'agriculture avec Même Pas Cap ! pour reprendre en main votre projet professionnel

Quelle que soit la raison de votre reconversion après avoir travaillé dans l'agriculture, Même Pas Cap! vous propose de vous accompagner dans la réalisation de votre nouveau projet professionnel. Pendant 10 semaines, épaulé par un coach, réfléchissez à différentes pistes et aux actions à mettre en place pour concrétiser votre projet. Notre avantage ? Un bilan de compétences qui se déroule entièrement en ligne et qui s'adapte donc à vos disponibilités. Vous pouvez ainsi faire avancer votre projet tout en travaillant. Demandez votre entretien préliminaire gratuit et échangez avec l'un de nos coachs professionnels.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte