Se reconvertir dans les métiers du droit

Vous avez déjà rêvé de porter la toge d’avocat et de plaider pourdéfendre une cause qui vous paraît juste ? Vous êtes attiré par tout ce qui touche aux lois et à leur réglementation ? Peut-être est-il temps de songer à vous reconvertir dans les métiers du droit ? C’est un domaine vaste où de nombreuses professions se côtoient, mais sans empiéter les unes sur les autres. Notaire, greffier, juriste ou assistant juridique, à vous de voir quelles sont vos aspirations pour votre reconversion. Entre missions, formations et débouchés, découvrons quel métier du droit est fait pour vous.

Présentation et missions des métiers du droit

Les professionnels du droit sont en charge de faire appliquer les lois, de défendre les intérêts de celles et ceux qui ont font appel à eux pour différentes affaires (familiales, professionnelles...) ou encore d’accompagner les personnes dans l’application de décisions de justice ou notariales ou dans la création d’actes légaux.Plusieurs pistes professionnelles existent pour toutes les personnes qui souhaitent se reconvertir dans les métiers du droit.

Pourquoi ne pas devenir assistant juridique ? C’est le bras droit de nombreux professionnels du secteur comme les avocats. Dans la même lignée, le clerc de notaire assiste le notaire (une autre possibilité de reconversion professionnelle) en préparant les dossiers et en rédigeant les actes notariés.

Vous avez également le métier d’avocat dont le rôle consiste à défendre, devant la justice, les intérêts des clients qu’ils représentent. Le greffier, quant à lui, est en charge de la trace écrite de toutes les audiences auxquelles il prend part et ensuite d’authentifier les décisions prises par le juge. L’huissier de justice, de son côté, se charge d’appliquer les décisions de justice. Enfin, le juriste travaille au sein des entreprises ens’occupant de ses intérêts.

Se reconvertir dans les métiers du droit : les qualités nécessaires

La rigueur est peut-être la principale qualité pour se reconvertir dans le droit. Il est important de ne faire aucune erreur quant à l’application des textes de lois et lors de la rédaction des actes juridiques. Dans les métiers du droit, il arrive très fréquemment de devoir gérer plusieurs dossiers en même temps. Pour ne pas tout mélanger, une bonne organisation est indispensable.Les professionnels du droit écrivent beaucoup.

On leur demande donc de très bonnes compétences rédactionnelles et une orthographe irréprochable. De même, certains doivent se montrer pédagogue pour expliquer des textes juridiques à des non-initiés. Mentionnons aussi la discrétion, comme pour l’avocat, le greffier ou le notaire qui sont tenus au secret professionnel, et l’impartialité et la diplomatie pour l’huissier de justice notamment.

Études et formations pour se reconvertir dans les métiers du droit

Études courtes ou longues, il existe différents cursus pour se réorienter dans le domaine du droit. À noter que certains métiers, comme avocat, juriste ou notaire, demandent une formation poussée, c’est-à-dire au minimum un bac +5.

Voici une liste non exhaustive des formations pour se reconvertir dans les métiers du droit :

  • assistant juridique : DEUST assistant juridique, DU secrétaire juridique ;
  • avocat : master en droit + CAPA (certificat d’aptitude à la profession d’avocat) ;
  • clerc de notaire : BTS notariat, licence professionnelle métiers du notariat ;
  • notaire : master en droit notarial + DSN (diplôme supérieur de notariat) ;
  • greffier : ENG, l’école nationale des greffiers, accessible uniquement sur concours ;
  • huissier de justice : master en droit ou en sciences juridiques ;
  • juriste : master droit, diplôme de juriste conseil d’entreprise.

Carrière et opportunités d'évolution

Qui recrute ceux qui décident de se reconvertir dans les métiers du droit ?

Par sa polyvalence, l’assistant juridique est amené à travailler aussi bien dans un cabinet d’avocats que dans un bureau d’études notariales. Ce dernier est par ailleurs le tout premier recruteur de clercs de notaire. C’estdans un office notarial que l’on retrouve les notaires où ils sont soit associés à d’autres notaires, soit gèrent leur propre bureau d’études.

Comme évoqué précédemment, le juriste exerce au sein d’entreprises, allant de la PME à la très grosse entreprise. Diplôme en poche, le tout jeune avocat fait ses premières armes dans un cabinet en tant que salarié.L’huissier de justice est le seul à ne pas exercer exclusivement au sein d’une étude ; en effet, il lui arrive d’être sur le terrain afin de constater un fait ou remettre une convocation.

Le greffier, lui, travaille directement dans les juridictions (tribunaux, cours de cassation...)

Qu’en est-il de leur évolution professionnelle ?

Mis à part l’huissier de justice, tous ces métiers offrent des perspectives d’évolution intéressantes. Par exemple, l’assistant juridique peut devenir clerc de notaire ou clerc d’huissier ; le clerc de notaire peut monter en grade ou même choisir de devenir notaire.

Après plusieurs années d’expérience, le juriste et le greffier peuvent obtenir un poste à responsabilités ou bien devenir magistrat. Enfin, l’avocat est à même d’ouvrir son propre cabinet, à l’instar du notaire avec sa propre étude. Tous les deux peuvent également choisir de se spécialiser dans un domaine précis.

Le salaire des métiers du droit

Plus les études sont poussées pour se reconvertir dans le droit, plus le salaire est important. Ainsi, un avocat qui commence sa carrière autour de 2 200 euros brut, et qui acquiert de solides compétences ou qui se spécialise, peut gagner ensuite près de 5 000 euros. La rémunération du notaire se situe dans la même fourchette.

L’huissier de justice commence à environ 3 000 euros, puis son salaire monte jusqu’à 5 000 euros en moyenne. Comptez 2 500 euros pour le juriste, pour une évolution autour de 3 000 euros après quelques années d’expérience.

L’assistant juridique et le clerc de notaire perçoivent au début de leur activité autour de 1 800 euros ; cependant, l’évolution salariale est moindre chez le premier : 2 500euros contre 3 300 euros pour le second.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte