Devenir formateur indépendant pour sa reconversion

Avec l’envie d’élargir ses compétences, mais aussi de changer de métier, le domaine de la formation est en pleine expansion. Les formateurs ont donc de multiples opportunités de transmettre leurs connaissances. Langues, écriture, social, comptabilité… on peut aujourd’hui se former dans de nombreux secteurs. Si vous détenez un savoir que vous souhaitez partager avec d’autres, vous avez peut-être trouvé dans quoi vous reconvertir. Vous désirez en plus bénéficier d’une certaine liberté et d’une grande autonomie dans l’organisation de vos formations ? Dans ce cas, devenir formateur indépendant pour sa reconversion est le meilleur moyen pour combiner vie professionnelle et vie personnelle.

Présentation et missions du métier de formateur indépendant

Élaborer des programmes de formation et transmettre son savoir, tel est le rôle du formateur indépendant. Il enseigne dans une spécialité qu’il maîtrise parfaitement grâce à son expérience professionnelle, mais aussi personnelle. Cela peut être aussi bien dans le domaine de l’informatique, de la bureautique, du marketing ou des langues. Devenir formateur indépendant pour sa reconversion permet en plus d’organiser son planning de formation comme on le souhaite.

Ses missions consistent en la création des contenus pédagogiques alliant cours structurés et exercices, afin d’entraîner les apprenants et de vérifier leurs acquis tout au long de la formation. Il répond aux questions de chacun et les aide quand ils ont des difficultés de compréhension.

Devenir formateur indépendant pour sa reconversion : les qualités nécessaires

Pour transmettre son savoir et qu’il soit bien assimilé par les apprenants, le métier de formateur demande plusieurs aptitudes. Être un bon pédagogue, être incollable sur les méthodes d’apprentissage et avoir une connaissance pointue dans sa spécialité sont bien sûr des qualités indispensables pour devenir formateur indépendant. Ce dernier interagit avec un public différent à chaque nouvelle formation. Il doit donc pouvoir s’adapter aux personnes qu’il a en face de lui. En effet, il ne va pas enseigner de la même façon à des novices qu’à des personnes ayant déjà des connaissances.

Posséder une très bonne aisance à l’oral et savoir animer un groupe avec dynamisme sont également demandés chez un formateur. Et ce, pour susciter l’intérêt et l’attention du groupe. Et s’il apporte un peu de créativité, c’est encore mieux. C’est un bon moyen pour transmettre de façon ludique des notions qui ne sont parfois pas simples à intégrer du premier coup. La patience, la disponibilité ainsi que la bienveillance sont aussi essentielles, car au sein d’un même groupe, tout le monde n’avance pas au même rythme. Pour garantir une ambiance de travail sereine et agréable, le formateur doit faire preuve de fermeté en cas de débordement.

Enfin, afin d’être toujours à jour dans ses compétences et ses connaissances, le formateur indépendant se doit d’assurer une veille continuelle sur sa spécialité. Il garantit ainsi la qualité de ses formations.

Études et formations pour devenir formateur indépendant

Nul besoin de diplôme ou de formation pour devenir formateur indépendant pour sa reconversion. Néanmoins, posséder une expérience professionnelle ainsi qu’un diplôme dans son expertise se révèle être un net avantage pour vous engager dans cette voie.

Cependant, il existe des formations pour appuyer votre projet. Il y a notamment le titre professionnel Formateur professionnel d’adultes, le titre professionnel Formateur de l’alternance et le certificat de compétences Concepteur et animateur de séquences pédagogiques multimodales. Ces parcours de formation entrent dans le cadre de la formation continue et sont éligibles au CPF.

Si vous justifiez d’au moins un an d’expérience professionnelle en tant que formateur, vous avez la possibilité de valider vos compétences grâce à la validation des acquis de l’expérience et ainsi obtenir une certification.

Carrière et opportunités d'évolution

Pour obtenir du travail, le formateur indépendant a deux solutions : prospecter et postuler à des offres de mission. Dans le premier cas, le mieux est de se tourner vers les organismes de formation qui sont régulièrement en quête de formateurs pour étoffer leur équipe de prestataires ainsi que leurs offres. Les entreprises aussi sont à la recherche de formateurs pour intervenir auprès de leurs salariés dans le cadre du plan de développement des compétences par exemple. Dans le second cas, il doit éplucher les offres qui figurent notamment sur des plateformes spécialisées ou les réseaux professionnels. Il peut également faire appel au bouche-à-oreille. Les recommandations de clients ou d’autres formateurs sont un vrai plus pour valoriser son profil.

Devenir formateur indépendant ne signifie pas le rester indéfiniment. En effet, il existe diverses possibilités d’évolution professionnelle, telles que devenir formateur-consultant ou bien formateur digital. Certains se dirigent vers le métier de coach en entreprise.

NB important : pour que vos futurs apprenants puissent bénéficier de leur CPF pour financer leur formation, il faut être référencé Datadock et obtenir la certification Qualiopi qui sera obligatoire dès le 1er janvier 2022.

Le salaire du formateur indépendant

Comme tout professionnel indépendant, le formateur définit lui-même le tarif de ses prestations. Il fixe un TJM, tarif journalier moyen, ou un taux horaire. Sa rémunération va dépendre de plusieurs facteurs : son expérience, son expertise, sa spécialité et la demande. Un formateur débutant gagne en moyenne 2 000 euros brut par mois. Avec de l’expérience, il peut percevoir entre 3 000 et 4 000 euros.
Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte