Se reconvertir dans les métiers animaliers

Bien que vétérinaire soit le premier exemple qui nous vienne à l'esprit lorsque l'on évoque un métier en lien avec les animaux, il existe pourtant d'autres pistes professionnelles. Assistant vétérinaire, soigneur, éleveur ou bien toiletteur, autant de postes qui permettent de travailler auprès d'eux. Se reconvertir dans les métiers animaliers offre de véritables opportunités pour prendre soin au quotidien de toutes sortes d'espèces. Animaux de compagnies ou sauvages, travail en intérieur ou en extérieur, quel sera votre choix pour votre reconversion ?

Présentation et missions des métiers animaliers

Voici quelques pistes pour se reconvertir dans les métiers animaliers.

Assistant vétérinaire

Lui, c'est le bras droit du vétérinaire. En plus de s'occuper des animaux, de leur suivi, de l'entretien du matériel et de gérer les stocks, il seconde le vétérinaire lors des consultations ou des opérations. Il existe deux grades pour un assistant vétérinaire : l'auxiliaire spécialisé vétérinaire (ASV) ou l'auxiliaire vétérinaire qualifié (AVQ).

Soigneur animalier

Le soigneur animalier travaille essentiellement dans les zoos, les parcs animaliers et les refuges. Il veille sur le confort et la bonne santé des animaux, s'occupe de l'entretien de leurs habitats. Il est présent aux côtés du vétérinaire si un animal a besoin d'être examiné. C'est lui aussi qui organise le déplacement d'un animal et vérifie que le transfert se passe correctement. En règle générale, le soigneur se spécialise dans une espèce en particulier.

Educateur canin

L'éducateur canin est le professionnel animalier en charge d'éduquer les chiens notamment lorsqu'ils sont jeunes. Obéir à un ordre, accepter la laisse et ne pas tirer dessus, faire ses besoins à un endroit précis, font partie des missions de l'éducateur canin. Mais son rôle ne s'arrête pas à cela puisqu'il explique également au maître comment se comporter avec son chien.

Eleveur

Elever, reproduire, sélectionner et vendre des chiens ou des chats de race, tel est le travail de l'éleveur. Mais ses missions consistent également à s'occuper du bien-être des animaux au quotidien et cela jusqu'à ce qu'ils aillent dans une nouvelle famille. Il les nourrit, nettoie leurs cages et prodigue les soins nécessaires.

Comportementaliste animalier

Il arrive que des animaux changent de comportement pour devenir subitement agressifs ou au contraire très craintifs ; ils s'automutilent, aboient/miaulent sans arrêt, etc. Le comportementaliste animalier a pour mission de trouver l'origine de ce mal-être et d'y remédier. Il va donc dans un premier temps observer et analyser la relation entre l'animal et son maître puis ensuite, conseiller sur la bonne attitude à avoir pour améliorer la situation.

Toiletteur canin

Fini les poils trop longs et hirsutes, le toiletteur canin est là pour y remédier. Bain, tonte, coupe, séchage et brossage, sont ses spécialités. Il est également amené à toiletter les chiens pour des concours de beauté.

Se reconvertir dans les métiers animaliers : les qualités nécessaires

Faire le choix de travailler auprès des animaux requiert bien évidemment une passion pour toutes les bêtes, qu'elles soient à poils, à plumes, avec ou sans pattes, vivant sur terre, dans les airs ou dans la mer. De ce fait, il faut posséder une bonne connaissance de l'anatomie des animaux, de leur comportement ainsi que les différentes races existantes. Une bonne condition physique est indispensable pour se reconvertir dans les métiers animaliers. En effet, vous serez amené à porter ou manipuler des animaux parfois imposants comme c'est le cas pour les soigneurs. C'est pourquoi il est également demandé d'être patient et doux car il arrive que certains animaux ne soient pas très coopératifs.

On en vient à mentionner une autre qualité nécessaire pour travailler dans les métiers animaliers : le relationnel. Avoir le sens du contact avec les propriétaires est très important pour instaurer une relation de confiance (exactement comme pour l'animal). Faire preuve de rigueur et d'autorité est aussi recommandé, notamment pour le métier d'éducateur. Une fibre commerciale est un plus pour devenir toiletteur ou assistant vétérinaire. Si vous vous orientez vers le métier de comportementaliste animalier, vous devez être incollable en éthologie, la science du comportement des animaux, ainsi qu'un brin psychologue.

Etudes et formations pour se reconvertir dans les métiers animaliers

Pour certains métiers, il n'existe pas de diplômes requis, pourtant suivre une formation pour se reconvertir dans les métiers animaliers est un plus. Dans le cadre de la formation continue, certaines peuvent être financées par le compte personnel de formation.

Le certificat de qualification professionnelle auxiliaire vétérinaire qualifié (le CQP AVQ) ou le titre d'auxiliaire spécialisé vétérinaire vous permettent de devenir assistant vétérinaire.

Pour se reconvertir en tant que soigneur, il existe quatre formations ou certifications particulièrement reconnues :

  • la certification soigneur animalier d’établissements zoologiques du CFAA du Lot,
  • la certification animalier en parc zoologique de la MFR de Carquefou,
  • la formation soigneur animalier du CFPPA du Loir-et-Cher,
  • la formation de soigneur animalier en parc zoologique au lycée agricole privé de Saint-André.

Si le métier d'éducateur pour chiens vous tente, sachez que vous devez détenir le brevet professionnel d'éducateur canin. Ce diplôme vous servira également pour le métier de comportementaliste animalier car il n'existe pas de diplôme spécifique. Par la suite, il vous faudra obtenir une attestation de connaissances qui validera vos capacités à travailler avec des animaux.

Il n'y a pas de diplôme spécifique non plus pour devenir éleveur pour sa reconversion. Toutefois, il est obligatoire de suivre une formation pour obtenir un certificat de capacité délivré par l'un des deux organismes suivants : la Société Centrale Canine pour les chiens et le Livre Officiel des Origines Félines pour les chats.

Enfin, le métier de toiletteur est accessible via deux parcours de formation : la certification de toiletteur canin et félin et le brevet national de toiletteur canin (seulement pour les moins de 25 ans). A noter que les écoles de toilettage proposent de former les personnes en reconversion professionnelle.

Carrière et opportunités d'évolution

Alors que certains métiers permettent de travailler dans différentes structures et offrent plusieurs opportunités d'évolution, pour d'autres, au contraire, ce n'est pas le cas. Un point à prendre en considération avant de se reconvertir dans les métiers animaliers.

Métiers animaliers Carrière Evolution
Assistant vétérinaire
  • clinique vétérinaire
  • refuge
  • élevage
  • animalerie
  • ferme pédagogique
  • chef d'équipe ASV
  • assistant chirurgical
  • se spécialiser (NAC)
  • soigneur
Soigneur
  • zoo
  • réserve naturelle
  • animalerie
  • parc aquatique
  • chef animalier
  • assistant vétérinaire
Educateur canin
  • majoritairement à son compte
  • se spécialiser : race en particulier, chiens guides d'aveugle, etc.
  • éleveur
Eleveur
  • majoritairement à son compte
  • dresseur
  • éducateur canin
  • assistant vétérinaire
Comportementaliste animalier
  • indépendant
  • salarié : centres de formation, élevages
  • se spécialiser dans une race / une espèce animale
  • se mettre à son compte
  • éleveur
  • dresseur
Toiletteur
  • salon de toilettage
  • clinique animale
  • travailler au domicile des clients
  • ouvrir son propre salon de toilettage

Les salaires des métiers animaliers

Que vous deveniez assistant vétérinaire ou soigneur, se reconvertir dans les métiers animaliers revient à percevoir, à vos débuts, un salaire de 1 500 € brut. Ensuite, c'est l'expérience qui va vous permettre de gagner un peu plus. Par exemple, au bout de quelques années de travail, la rémunération de l'éducateur canin, des auxiliaires vétérinaires (ASV et AVQ), du soigneur et du toiletteur atteint 1 800 € brut.

La réputation est également un critère pour avoir un salaire plus conséquent. Tel est le cas du comportementaliste animalier qui, selon les résultats qu'il obtient et le bouche-à-oreille qui en découle, peut gagner jusqu'à 3 000 € brut. Il en est de même pour l'éleveur dont la rémunération mensuelle dépend en grande partie de la race qu'il élève, du nombre d'animaux qu'il possède et de la réputation de son élevage.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte