Se reconvertir dans les métiers du vin

Le secteur du vin regroupe plusieurs métiers allant de la production à la commercialisation et en passant par la dégustation. Un secteur diversifié qui exige toutefois une véritable expertise. En effet, nul ne peut s’improviser spécialiste du vin sans des connaissances accrues sur les différents cépages et sur son processus de fabrication. Et surtout, il est indispensable d’être animé par la passion pour travailler dans ce domaine. Alors, d’œnologue, de caviste, de viticulteur ou de sommelier, lequel de ces métiers du vin allez-vous choisir pour vous reconvertir ?

Présentation et missions des métiers du vin

Le vin suit un parcours bien précis où se rencontrent différents acteurs. De la plantation des vignes jusqu’à l’arrivée du vin sur la table, découvrons les métiers du vin dans lesquels il est possible de se reconvertir.

Parlons d’abord des métiers de vigneron, de viticulteur et de viniculteur, souvent confondus. Le viticulteur plante les vignes, entretient le vignoble et récolte le raisin. Le viniculteur s’occupe de fabriquer le vin. Le vigneron, lui, est les deux à la fois et commercialise en plus le vin qu’il produit. L’œnologue est un expert du vin. Il connaît sur le bout des doigts tous les cépages, le processus de fabrication et contrôle la qualité du vin. Il joue également un rôle de conseiller auprès des viticulteurs et des vignerons dans le choix du cépage.

Le maître de chai est un spécialiste de la vinification et travaille de concert avec l’œnologue. Le caviste travaille soit dans la production, en collaboration avec un œnologue ou un maître de chai, soit dans la distribution, où il vend des vins dans sa propre boutique. Le sommelier, quant à lui, sélectionne et assure la bonne conservation des vins, avant de les conseiller aux clients d’un restaurant.

Se reconvertir dans les métiers du vin : les qualités nécessaires

Sans passion, pas de travail bien fait. C’est donc un critère obligatoire pour travailler dans les métiers du vin ! Impossible de fabriquer un vin savoureux sans y mettre tout son cœur. Bien évidemment, cela ne suffit pas pour envisager une reconversion dans ce domaine. Avoir une bonne connaissance de la vigne est bien sûr une qualité essentielle, autant que la rigueur.

Vous ne pouvez pas envisager de devenir vigneron ou caviste – d’ailleurs tous les métiers – sans avoir un réel sens du contact, car vous serez régulièrement en relation avec des professionnels ou des particuliers.

Ajoutons un côté commercial pour le caviste, une bonne condition physique pour le vigneron et le viticulteur, un goût et un odorat très développé, ainsi qu’une très bonne mémoire pour retenir tous les vins et leurs spécificités pour le sommelier.

Études et formations pour se reconvertir dans les métiers du vin

Il existe plusieurs cursus pour travailler dans les métiers du vin. Certaines formations sont spécialement adaptées pour les reconversions professionnelles, car elles se déroulent au sein d’un CFPPA, un centre de formation professionnelle et de promotion agricole. Un lieu dédié pour la formation continue, que vous soyez salarié, demandeur d’emploi ou même entrepreneur. Cela signifie donc que vous pouvez bénéficier d’une prise en charge par votre CPF, le compte personnel de formation.

Pour devenir vigneron, viticulteur ou viniculteur, deux diplômes possibles : le CAPA vigne et vin ou le BTSA viticulture-œnologie. Ce dernier diplôme permet également de travailler comme maître de chai. Si vous souhaitez vous reconvertir en sommelier, le brevet professionnel de sommellerie ou le CQP serveur en restaurant, spécialisation sommellerie sont deux parcours qui vous donneront les bases pour exercer ce métier. Pour devenir caviste, passez le CQP vendeur conseil caviste ou bien le CAPA vigne et vin, qui vous ouvrira les portes du métier d’ouvrier caviste.

Enfin, pour devenir œnologue pour sa reconversion, il est nécessaire d’obtenir le diplôme national d’œnologue (DNO). Mais pour cela, il faut déjà posséder le BTSA viticulture-œnologie et avoir suivi une licence professionnelle.

Carrière et opportunités d'évolution

À chaque métier, sa carrière ! Un vigneron, un viticulteur et un viniculteur travaillent dans un domaine viticole. Le seul frein pour se reconvertir dans ces métiers du vin est justement de trouver un poste et/ou domaine. En effet, les terres et la passion sont transmises de génération en génération. Toutefois, il est possible de louer un terrain, donc à vous de démarcher pour trouver votre parcelle de vignes. Le viticulteur et le viniculteur ont la possibilité de développer leur savoir-faire en devenant vigneron.

Un œnologue travaille le plus souvent dans des laboratoires, des coopératives ou des exploitations agricoles. S’il souhaite évoluer, il peut se tourner vers le métier de directeur technique, de cave ou de coopérative.

Le caviste, de son côté, travaille dans une exploitation ou dans une cave coopérative. Avec le temps, il peut devenir maître de chai, chef de cave ou même ouvrir sa propre cave à vin.

Enfin, on retrouve le sommelier dans les restaurants gastronomiques, les bars à vin, des épiceries haut de gamme, et même dans les grandes surfaces. Il a l’opportunité d’évoluer en chef sommelier ou de changer de lieu de travail pour un établissement beaucoup plus réputé, selon son expertise.

Le salaire des métiers du vin

Le salaire de la majorité des métiers du vin commence à 1 600 euros brut par mois. Une rémunération qui évolue avec l’expérience. Par exemple, le sommelier peut voir son salaire tourner autour de 3 000 euros brut, selon son expertise et la renommée de l’établissement où il travaille. L’œnologue, quant à lui, commence à 2 000 euros brut et peut gagner jusqu’à 3 000 euros.

Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte