Devenir auxiliaire de vie sa reconversion

Véritable soutien auprès des personnes rencontrant des difficultés d’ordre social, médical ou personnel, l’auxiliaire de vie apporte du baume au cœur à chacun de ses passages. Une oreille attentive, une attention particulière, un sourire ou encore juste une présence, ce professionnel du social aide tous ceux qui ont besoin de conserver une certaine autonomie afin de rester chez eux. Devenir auxiliaire de vie pour sa reconversion conviendra à toutes les personnes qui recherchent un métier à dimension humaine.

Présentation et missions du métier d’auxiliaire de vie

L’AVS, l’auxiliaire de vie sociale – ou auxiliaire de vie – est un maillon important du secteur social. Lorsque certaines personnes sont fragilisées, en situation de handicap, de dépendance et/ou d’exclusion sociale, elles bénéficient de l’aide d’un·e AVS. Les bénéficiaires sont aussi bien des enfants que des adultes ou des personnes âgées, des familles ou des êtres seuls et/ou isolés. L’auxiliaire de vie fait en sorte qu’elles puissent conserver un minimum d’autonomie afin de pouvoir rester à leur domicile.

Pour les assister au quotidien, l’auxiliaire de vie réalise toutes sortes de missions :

  • aider au lever/au coucher ;
  • préparer les repas ;
  • s’assurer de la bonne prise des médicaments le cas échéant ;
  • veiller au confort ;
  • faire la toilette ;
  • s’occuper des tâches ménagères ;
  • faire les courses ;
  • accompagner pour des sorties à l’extérieur ;
  • être présent lors de démarches administratives, etc.

Cependant, devenir auxiliaire de vie pour sa reconversion ne se limite pas à ces tâches. En effet, l’AVS est bien plus qu’une simple aide d’ordre technique et pratique. Il/elle se révèle être un·e véritable confident·e apportant réconfort et soutien. Une part d’humanisme qui permet aux personnes en difficulté de ne plus se sentir isolées ou exclues.

Devenir auxiliaire de vie pour sa reconversion : les qualités nécessaires

L’humain tenant une place centrale, se reconvertir dans le métier d’auxiliaire de vie sociale ne peut s’envisager sans une véritable vocation à aider les autres. Empathie, bienveillance, patience et écoute font partie des qualités qu’il faut avoir pour devenir auxiliaire de vie. Chaque personne qui a besoin d’être accompagnée n’a pas la même histoire, il est donc important de s’adapter à chaque situation.

Pour mener à bien ses missions, ce professionnel du social doit être parfaitement organisé et ponctuel. En effet, il n’a qu’un temps limité pour accomplir ses tâches, afin de pouvoir rendre visite à toutes les personnes dont il a la charge. Les aléas faisant partie de son métier, il doit être en mesure d’être réactif et ne pas se laisser déborder. Lorsqu’il se trouve chez l’une d’elles, il ne manque pas d’être attentif pour déceler le moindre petit problème, qu’il soit physique, émotionnel ou lié au domicile.

Être dans une bonne condition physique est tout aussi essentiel, car l’auxiliaire de vie sociale aide les personnes à se déplacer, à réaménager si besoin leur intérieur afin de leur assurer un meilleur confort ou bien faire quelques courses. L’AVS travaille sur des créneaux horaires spécifiques : tôt le matin, tard le soir, le week-end ainsi que les jours fériés. Un élément à prendre en compte avant de s’engager dans cette voie, notamment si l’on a une vie de famille.

Études et formations pour devenir auxiliaire de vie

Il existe plusieurs formations pour travailler dans les métiers de l’aide à domicile. Le diplôme d’État d’accompagnement éducatif et social (DEAES) fait partie des parcours permettant de devenir auxiliaire de vie pour sa reconversion. Vous avez également le CAP assistant technique en milieux familial et collectif, ainsi que le titre professionnel assistant de vie aux familles. Sachez que vous avez la possibilité de compléter le CAP par une année de formation supplémentaire en suivant une mention complémentaire aide à domicile.

Dans l’éventualité où vous auriez déjà acquis au moins un an d’expérience dans le domaine de l’aide à domicile, la validation des acquis de l’expérience est une solution pour obtenir une certification professionnelle sans reprendre des études. Comptez environ un an entre votre demande et la validation par le jury.

Point avantageux pour une reconversion, toutes ces formations sont éligibles au compte personnel de formation, tout comme la VAE.

Carrière et opportunités d'évolution

Voilà un métier qui recrute ! Avec une population de plus en plus vieillissante et toujours plus de familles en difficulté économique notamment, les AVS ne manquent pas de travail. Devenir auxiliaire de vie vous permet donc de vous engager dans une reconversion avec d’intéressantes opportunités professionnelles. Le tout premier employeur est la fonction publique : collectivités locales, hôpitaux, foyers... Néanmoins, des sociétés d’aide à domicile, mais aussi des particuliers font appel à des auxiliaires de vie sociale. Dans ce dernier cas, elles exercent en tant qu’indépendante.

Travailler dans le secteur public permet d’accéder à des concours internes en vue d’évoluer professionnellement. Par exemple, un auxiliaire de vie peut se reconvertir dans le métier d’aide-soignant. Parmi les autres métiers possibles, il y a aide médico-psychologique ou encore technicienne d’intervention sociale et familiale (TISF).

Le salaire de l’auxiliaire de vie

Pour ce métier du secteur social, le salaire tourne autour de 1 500 euros brut mensuels. L’auxiliaire de vie exerçant en grande majorité dans la fonction publique, des primes et des indemnités s’ajoutent à son salaire initial. Après plusieurs années d’expérience, la rémunération se rapproche des 2 000 euros.
Vous vous interrogez
sur votre avenir ?

Téléchargez notre guide et commencez à construire la vie professionnelle qui vous ressemble !

Ce champ est obligatoire et seuls les lettres et les caractères ", . ' -" sont acceptés

Oops, ton adresse email semble incorrecte